Linguistique fonctionnelle typologique des langues amérindiennes: familles maya et chibcha. Colette GRINEVALD

Chapitre

Titre: Spécialiste des langues maya (jacaltèque) et des langues chibcha (rama)
Durée: 00:14:19   [00:00:00 > 00:14:19]
Colette GRINEVALD effectue ses études aux Etats-Unis et travaille sur la langue jacaltèque. Elle est ensuite professeur à l’université d’Oregon puis à Lyon II et enseignant chercheur au Laboratoire Dynamique du Langage. Elle dit elle-même avoir eu une enfance multilingue. Attirée par l’espagnol, elle étudie avec Bernard Pottier et prend connaissance de la linguistique et des langues amérindiennes. Mais ce n’est qu’aux Etats-Unis, à Harvard et au MIT, qu’elle pourra étudier ces disciplines. Sa vie personnelle lui fera croiser au Guatemala le jacaltèque, une langue maya dont elle fera la première grammaire en travaillant en particulier sur les phrases complexes. Entre 1969 et 1979, elle travaille au Guatemala jusqu’à ce que la politique provoque un génocide, explique-t-elle, et qu’on lui demande de ne plus revenir, sa présence étant trop dangereuse. Elle s’engage alors dans les droits de l’homme pour parler des massacres du Guatemala, mais elle n'y reste pas puisqu'on l’envoie au Nicaragua en tant qu’interprète. Cherchant à rencontrer des indiens, les sandinistes l’envoie sur la côte atlantique des Caraïbes où elle monte son projet de description, documentation et revitalisation d’une langue chibcha: le rama.
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues chibchanes
Localisation spatiale du thème: Colombie ; Honduras ; Nicaragua ; Pérou
Titre: Les familles de langues et les projets mis en place pour leur sauvegarde
Durée: 00:19:32   [00:14:19 > 00:33:51]
Il reste environ 1000 langues amérindiennes dans toute l’Amérique rappelle Colette GRINEVALD. La plupart de ces langues sont en danger. Pour donner un exemple, le Navarro, a à peu près 120.000 locuteurs, le Quechua (qui est un ensemble de langues) environ 12 millions. On pense que 90% de ces langues vont disparaître avant la fin du XXIe siècle. Colette GRINEVALD a coordonné le projet intitulé «Normalisation des alphabets en Amazonie», qui concernait 19 langues. Des missionnaires avaient déjà travaillé sur des alphabets (Summer Institute Language ou Instituto Linguistico de Verano), et aujourd’hui des missionnaires protestants continuent ce travail, dans le but de traduire la Bible. Colette GRINEVALD cherche elle, à créer un réseau de linguistes non missionnaires, en formant entre autres des linguistes nationaux. Cette démarche va dans le sens d’une documentation pour la revitalisation de la langue. En 1992, alors que l’Espagne célèbre la découverte de l’Amérique et l’apport de la civilisation, Colette GRINEVALD s’allie aux indiens qui contestent cet apport en rappelant les dommages causés à cette époque.
Titre: Documentation des langues en danger et les choix éthiques de Colette GRINEVALD
Durée: 00:16:51   [00:33:51 > 00:50:42]
Les linguistes font une différence entre documentation, description et revitalisation. La documentation est l’enregistrement (vidéo de préférence) d’évènements qui incluent l’usage de la langue dans un environnement naturel. Cette documentation sera transcrite puis traduite. La documentation est élaborée dans une optique d’utilité commune (anthropologues, historiens, etc.). Le problème des linguistes réside plutôt aujourd’hui dans le stockage de l’information (nouvelles technologies) et des droits éthiques, prétend Colette GRINEVALD. Elle, se déclare spécialiste de la collecte des données sur le terrain et du respect éthique et humain des communautés. Le linguiste doit aussi offrir quelque chose aux communautés qu’il étudie dit-elle, et cela se réfléchit longuement. On ne peut pas travailler dans l’urgence ajoute-t-elle, mais ce n’est pas toujours en accord avec les consignes des financeurs.
Titre: L’école de la linguistique fonctionnelle typologique
Durée: 00:13:43   [00:50:42 > 01:04:25]
Avec Bernard Pottier, Colette GRINEVALD a appris la description et le fonctionnement des langues plutôt que la grammaire et la norme. Aux Etats-Unis, au MIT, elle a étudié la syntaxe transformationnelle chomskienne et les premières versions de la grammaire générative. Elle a appris la discipline de l’argumentation syntaxique et le travail translinguistique. Mais avec le jacaltèque, elle a rencontré une langue ergative, vso et verbe initial, ce qui l’a obligée à trouver une nouvelle forme de méthodologie qui s’inscrira par la suite dans la linguistique fonctionnelle typologique. Cette méthodologie part de données naturelles d’une langue utilisée pour communiquer, dont on étudie la fonction passive et les choix associés. La dimension typologique, elle, s'exerce dans la comparaison de la construction des langues du monde. L’apport de la grammaire fonctionnelle-typologique cherche à recenser, d’un point de vue linguistique, le nombre de façons de faire quelque chose.
Sujet: Personnalités
Topique: Chomsky
Prénom: Noam
Type de personnalité: Linguiste
Noam Chomsky, né Avram Noam Chomsky le 7 décembre 1928 à Philadelphie en Pennsylvanie, est un linguiste et philosophe américain. Chomsky a commencé à développer sa théorie de la grammaire générative et transformationnelle dans les années 1950 en cherchant à dépasser aussi bien l'approche structuraliste, distributionnaliste que comportementaliste dans l'étude du langage naturel. Visant à rendre compte des structures innées de la « faculté de langage », cette théorie est souvent décrite comme la contribution la plus importante dans le domaine de la linguistique théorique du XXe siècle et on a parfois parlé de « révolution chomskienne »6. Pour répondre aux critiques développées dans les années 1970 envers son premier modèle, Chomsky a proposé au début des années 1980 une nouvelle version de sa théorie fondée sur une approche modulaire. Il a ensuite jeté les bases, au cours des années 1990, de ce qu'il a appelé le « programme minimaliste ». Les recherches de Chomsky ont joué un rôle crucial dans ce que l'on appelle la « révolution cognitive ». Sa critique du Verbal Behavior (« comportement verbal ») de Skinner en 1959, a remis en question l'approche comportementale de l'étude de l'esprit et du langage, qui dominait dans les années 1950. Son approche naturaliste de l'étude du langage a également eu un grand impact en philosophie du langage et de l'esprit. Il a également établi la hiérarchie de Chomsky, moyen de classification des langages formels en fonction de leur pouvoir de génération.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Linguistique typologique fonctionnelle
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Libellé: Jacaltèque: langue ergative
Titre: Système de classification nominale
Durée: 00:22:07   [01:04:25 > 01:26:33]
Colette GRINEVALD a travaillé sur le système de classification nominale qui est globalement le phénomène de marquage morphosyntaxiquement des catégories de noms. Elle a découvert un nouveau système de classificateurs, dont les classificateurs-nominaux qui comprennent 24 catégories: elle en donne un exemple en jacaltèque, en expliquant qu’ils concernent surtout la matière. Aujourd’hui elle travaille sur les systèmes amazoniens dont les découvertes récentes l’obligent à préciser sa typologie initiale. Ils sortent du lexique et se stabilisent, dit-elle, ici la référence est Tom Givon (Oregon).
Sujet: Personnalités
Topique: Givon
Prénom: Thomas
Type de personnalité: Linguiste
Thomas Givon (également connu sous le nom Talmy Givón [1] [2] [3] ) (né le 22 Juin, 1936) est un linguiste et écrivain . Il est l'un des fondateurs du fonctionnalisme en linguistique . [4] Il est l'un des fondateurs de la linguistique département à l' Université de l'Oregon sur la base de sa fonction adaptative approche de la langue et de la communication.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Libellé: Classification nominale et classificateurs
Titre: La notion de classificateur et les nouvelles décisions sur les modifications de la langue
Durée: 00:23:33   [01:26:33 > 01:50:06]
Au début de son étude, le système de classificateurs en jacaltèque lui semblait rigide et fermé. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, Colette GRINEVALD a constaté que ce n’est pas forcément le cas mais que de là découlent certains problèmes. Avec les nouvelles générations, il est probable qu’on observe une perte de classification ou une confusion dans les classifications par fautes d’ajouts.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Libellé: Classificateurs
Libellé: classificateurs en jacaltèque
Localisation spatiale du thème: Guatemala
Titre: Famille de langues mayas
Durée: 00:11:03   [01:50:06 > 02:01:10]
Le jacaltèque doit être parlé par 40.000 locuteurs environ dit Colette GRINEVALD. La famille de langue maya est diversifiée autant que l’est une famille de langue indo-européenne. Elle est divisée en branches, il y a 28 langues, certaines sont sœurs, d’autres pas. Elles sont parlées entre le Yucatan, Chapas (Mexique) et le Guatemala. Une seule langue s’est séparée, le huastèque, qui est remontée sur la côte ouest du Mexique. Depuis les années 70 il existe des grammaires de la langue maya. On distingue les branches par la quantité de vocabulaire en commun, les traits grammaticaux, le système phonologique, etc. Le proto-maya existait il y a environ 4.000 ans, c’est-à-dire qu'il a à peu près la profondeur de la famille indo-européenne.
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues mayas
Localisation spatiale du thème: Guatemala ; Mexique
Titre: Processus de grammaticalisation: la matière et l’espace dans la grammaire jacaltèque
Durée: 00:27:21   [02:01:10 > 02:28:31]
Le processus de grammaticalisation est l’émergence de la grammaire. La standardisation fixe un processus en le bloquant et donc stabilise le statut d’une langue. Le français est extrêmement standardisé et contrôlé, c’est un phénomène très rare dans le monde, dit Colette GRINEVALD. Le processus de grammaticalisation est l'étude de l’origine des formes, de la stabilité ou de l’instabilité, c'est-à-dire de l’évolution des langues. Dans le cas des langues à tradition orale, on met beaucoup de temps à distinguer ce qui s’installe et ce qui se perd. Les langues primitives n’existent pas affirme Colette GRINEVALD, toutes les langues sont complexes et ce depuis le début, mais quand on n’a pas les outils linguistiques, on ne s’en rend pas compte, ajoute-t-elle. En jacaltèque, la grammaire parle de la matière et de l’espace. «Ce n’est pas en lisant les grammaires qu’on va savoir ce qu’il se passe dans les langues car les grammaires sont toujours partielles, elles ressemblent aux préoccupations des linguistes qui les ont créées» rappelle Colette GRINEVALD. Elle parle enfin des «trajectoires» et des «évidentiels» pour conclure ce passage.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Libellé: Grammaticalisation: l'espace et la matière dans la grammaire jacaltèque
Localisation spatiale du thème: Guatemala
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Libellé: Grammaticalisation: trajectoires et évidentiels
Localisation spatiale du thème: Guatemala
Titre: Le déictique dans les langues amérindiennes
Durée: 00:07:00   [02:28:31 > 02:35:20]
Une nouvelle problématique dans les langues à tradition orale est qu’il faut prendre en compte le langage du corps. On peut avoir une prise en charge du corps qui ne pourra pas être perçu auditivement, mais qui restitue une interaction complexe. Aujourd’hui on étudie le langage oral et celui des gestes ensemble, car la transcription de la langue seule ne dirait pas grand-chose. L’enregistrement vidéo est donc important pour ce genre d’étude.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Libellé: Déictique
Localisation spatiale du thème: Guatemala

9 chapitres.
  • Colette GRINEVALD effectue ses études aux Etats-Unis et travaille sur la langue jacaltèque. Elle est ensuite professeur à l’université d’Oregon puis à Lyon II et enseignant chercheur au Laboratoire Dynamique du Langage. Elle dit elle-même avoir eu une enfance multilingue. Attirée par l’espagnol, elle étudie avec Bernard Pottier et prend connaissance de la linguistique et des langues amérindiennes. Mais ce n’est qu’aux Etats-Unis, à Harvard et au MIT, qu’elle pourra étudier ces disciplines. Sa vie personnelle lui fera croiser au Guatemala le jacaltèque, une langue maya dont elle fera la première grammaire en travaillant en particulier sur les phrases complexes. Entre 1969 et 1979, elle travaille au Guatemala jusqu’à ce que la politique provoque un génocide, explique-t-elle, et qu’on lui demande de ne plus revenir, sa présence étant trop dangereuse. Elle s’engage alors dans les droits de l’homme pour parler des massacres du Guatemala, mais elle n'y reste pas puisqu'on l’envoie au Nicaragua en tant qu’interprète. Cherchant à rencontrer des indiens, les sandinistes l’envoie sur la côte atlantique des Caraïbes où elle monte son projet de description, documentation et revitalisation d’une langue chibcha: le rama.
  • Il reste environ 1000 langues amérindiennes dans toute l’Amérique rappelle Colette GRINEVALD. La plupart de ces langues sont en danger. Pour donner un exemple, le Navarro, a à peu près 120.000 locuteurs, le Quechua (qui est un ensemble de langues) environ 12 millions. On pense que 90% de ces langues vont disparaître avant la fin du XXIe siècle. Colette GRINEVALD a coordonné le projet intitulé «Normalisation des alphabets en Amazonie», qui concernait 19 langues. Des missionnaires avaient déjà travaillé sur des alphabets (Summer Institute Language ou Instituto Linguistico de Verano), et aujourd’hui des missionnaires protestants continuent ce travail, dans le but de traduire la Bible. Colette GRINEVALD cherche elle, à créer un réseau de linguistes non missionnaires, en formant entre autres des linguistes nationaux. Cette démarche va dans le sens d’une documentation pour la revitalisation de la langue. En 1992, alors que l’Espagne célèbre la découverte de l’Amérique et l’apport de la civilisation, Colette GRINEVALD s’allie aux indiens qui contestent cet apport en rappelant les dommages causés à cette époque.
  • Les linguistes font une différence entre documentation, description et revitalisation. La documentation est l’enregistrement (vidéo de préférence) d’évènements qui incluent l’usage de la langue dans un environnement naturel. Cette documentation sera transcrite puis traduite. La documentation est élaborée dans une optique d’utilité commune (anthropologues, historiens, etc.). Le problème des linguistes réside plutôt aujourd’hui dans le stockage de l’information (nouvelles technologies) et des droits éthiques, prétend Colette GRINEVALD. Elle, se déclare spécialiste de la collecte des données sur le terrain et du respect éthique et humain des communautés. Le linguiste doit aussi offrir quelque chose aux communautés qu’il étudie dit-elle, et cela se réfléchit longuement. On ne peut pas travailler dans l’urgence ajoute-t-elle, mais ce n’est pas toujours en accord avec les consignes des financeurs.
  • Avec Bernard Pottier, Colette GRINEVALD a appris la description et le fonctionnement des langues plutôt que la grammaire et la norme. Aux Etats-Unis, au MIT, elle a étudié la syntaxe transformationnelle chomskienne et les premières versions de la grammaire générative. Elle a appris la discipline de l’argumentation syntaxique et le travail translinguistique. Mais avec le jacaltèque, elle a rencontré une langue ergative, vso et verbe initial, ce qui l’a obligée à trouver une nouvelle forme de méthodologie qui s’inscrira par la suite dans la linguistique fonctionnelle typologique. Cette méthodologie part de données naturelles d’une langue utilisée pour communiquer, dont on étudie la fonction passive et les choix associés. La dimension typologique, elle, s'exerce dans la comparaison de la construction des langues du monde. L’apport de la grammaire fonctionnelle-typologique cherche à recenser, d’un point de vue linguistique, le nombre de façons de faire quelque chose.
  • Colette GRINEVALD a travaillé sur le système de classification nominale qui est globalement le phénomène de marquage morphosyntaxiquement des catégories de noms. Elle a découvert un nouveau système de classificateurs, dont les classificateurs-nominaux qui comprennent 24 catégories: elle en donne un exemple en jacaltèque, en expliquant qu’ils concernent surtout la matière. Aujourd’hui elle travaille sur les systèmes amazoniens dont les découvertes récentes l’obligent à préciser sa typologie initiale. Ils sortent du lexique et se stabilisent, dit-elle, ici la référence est Tom Givon (Oregon).
  • Au début de son étude, le système de classificateurs en jacaltèque lui semblait rigide et fermé. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, Colette GRINEVALD a constaté que ce n’est pas forcément le cas mais que de là découlent certains problèmes. Avec les nouvelles générations, il est probable qu’on observe une perte de classification ou une confusion dans les classifications par fautes d’ajouts.
  • Le jacaltèque doit être parlé par 40.000 locuteurs environ dit Colette GRINEVALD. La famille de langue maya est diversifiée autant que l’est une famille de langue indo-européenne. Elle est divisée en branches, il y a 28 langues, certaines sont sœurs, d’autres pas. Elles sont parlées entre le Yucatan, Chapas (Mexique) et le Guatemala. Une seule langue s’est séparée, le huastèque, qui est remontée sur la côte ouest du Mexique. Depuis les années 70 il existe des grammaires de la langue maya. On distingue les branches par la quantité de vocabulaire en commun, les traits grammaticaux, le système phonologique, etc. Le proto-maya existait il y a environ 4.000 ans, c’est-à-dire qu'il a à peu près la profondeur de la famille indo-européenne.
  • Le processus de grammaticalisation est l’émergence de la grammaire. La standardisation fixe un processus en le bloquant et donc stabilise le statut d’une langue. Le français est extrêmement standardisé et contrôlé, c’est un phénomène très rare dans le monde, dit Colette GRINEVALD. Le processus de grammaticalisation est l'étude de l’origine des formes, de la stabilité ou de l’instabilité, c'est-à-dire de l’évolution des langues. Dans le cas des langues à tradition orale, on met beaucoup de temps à distinguer ce qui s’installe et ce qui se perd. Les langues primitives n’existent pas affirme Colette GRINEVALD, toutes les langues sont complexes et ce depuis le début, mais quand on n’a pas les outils linguistiques, on ne s’en rend pas compte, ajoute-t-elle. En jacaltèque, la grammaire parle de la matière et de l’espace. «Ce n’est pas en lisant les grammaires qu’on va savoir ce qu’il se passe dans les langues car les grammaires sont toujours partielles, elles ressemblent aux préoccupations des linguistes qui les ont créées» rappelle Colette GRINEVALD. Elle parle enfin des «trajectoires» et des «évidentiels» pour conclure ce passage.
  • Une nouvelle problématique dans les langues à tradition orale est qu’il faut prendre en compte le langage du corps. On peut avoir une prise en charge du corps qui ne pourra pas être perçu auditivement, mais qui restitue une interaction complexe. Aujourd’hui on étudie le langage oral et celui des gestes ensemble, car la transcription de la langue seule ne dirait pas grand-chose. L’enregistrement vidéo est donc important pour ce genre d’étude.
Titre: Linguistique fonctionnelle typologique des langues amérindiennes: familles maya et chibcha
Sous-titre: Le jacaltèque (Guatemala) et le rama (Nicaragua)
Auteur(s): Colette GRINEVALD
Durée: 02:35:20
Date de réalisation: 01/03/2006
Lieu de réalisation: Maison des Sciences de l'Homme 54, Boulevard Raspail, 75006 Paris
Genre: Enquête linguistique filmée
Langue(s): Français
Spécialiste des langues mayas (jacaltèque-Guatemala) et des langues chibcha (rama Nicaragua), Colette GRINEVALD est l'une des références de la linguistique fonctionnelle typologique. Dans cet entretien, elle fait le point sur les familles de langues amazoniennes, expose sa vision de la linguistique de terrain et de la définition de la linguistique fonctionnelle typologique. Elle précise ses propres recherches sur les classificateurs-nominaux et commente les notions de grammaticalisation et de déictique. Tout au long de l'entretien, elle donne des exemples dans la langue jacaltèque, comme la place prépondérente de la matière et de l'espace dans la grammaire ou les notions de "trajectoires" et d"'évidentiels".
Sujet: Pays
Topique: Guatemala
Pays: Nicaragua
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues chibchanes
Localisation spatiale du thème: Nicaragua
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues mayas
Localisation spatiale du thème: Guatemala
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique
Discipline, domaine: Linguistique descriptive
Libellé: Linguistique fonctionnelle typologique
Localisation spatiale du thème: Guatemala ; Nicaragua
Sujet: Les peuples aborigènes
Topique: Maya
Colette GRINEVALD. "Linguistique fonctionnelle typologique des langues amérindiennes", http://www.amsur.msh-paris.fr/Video.aspx?domain=422ede87-ce4b-42a9-8f79-b85c80665af0&language=fr&id=cc3677c8-bc76-4dc2-984f-ac054c2d6d4f&mediatype=VideoWhitShots, 2006.
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
L'auteur de cette ressource audiovisuelle est l'ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias) à la FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme) , Paris, 2006.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Veuillez copier dans le champs "Commentaires" la phrase suivante: "Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/" Veuillez, ensuite, créer 1/ le lien : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr et 2/ l'intitulé "Creative Commons - Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France" (via la boîte "Liens")
Titre: Linguistique fonctionnelle typologique des langues amérindiennes.
Sous-titre: Colette GRINEVALD: les famille maya et chibcha
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: PAPINO, Manuela. Analyse de l'archive segmentée "Entretien avec Colette Grinevald:La linguistique fonctionnelle typologique des langues amérindiennes", http://www.amsur.msh-paris.fr/Video.aspx?domain=422ede87-ce4b-42a9-8f79-b85c80665af0&language=fr&id=cc3677c8-bc76-4dc2-984f-ac054c2d6d4f&mediatype=VideoWhitShots, 2012.
Id analyse: f916ed14-45d6-4392-9363-4df8a90223db
Id vidéo: cc3677c8-bc76-4dc2-984f-ac054c2d6d4f
Chercheur enseignant à l'Université Lumière de Lyon II et au Laboratoire Dynamique du Langage, Colette GRINEVALD est une référence de la linguistique fonctionnelle typologique. Spécialiste des langues amérindiennes, notamment de la famille maya et chibcha, elle est mentionnée par ses anciens élèves, Antoine Guillaume et Françoise Rose, dont les entretiens de recherche sont également consultables sur ce portail. Colette GRINEVALD reprend ici l'ensemble de ses recherches, sur une trentaine d'années, en expliquant l'évolution des langues amérindiennes et en particulier le jacaltèque, l'évolution de la linguistique et la définition de la linguistique fonctionnelle typologique. Elle propose un entretien accessible et passionné qui peut intéresser tout type de public mais qui reste cependant principalement à destination des linguistes et ethnologues.