Le projet du jardin de la mémoire du génocide rwandais de 1994 - Documentaire. DORAY Bernard

Chapitre

Titre: Introduction
Durée: 00:00:50   [00:00:00 > 00:00:50]
Un défilé de personnes portant des bougies à l’Université de Butaré, le 1er juin 2000, est tout d’abord montré.
Titre: Des mémoriaux de chairs, de vêtements et d’ossements
Durée: 00:08:26   [00:00:50 > 00:09:16]
Un témoignage de Louis KANIMUGIRE, responsable de la commission nationale des sites mémoriaux, a lieu. Il explique qu’en 1994 s’est déroulée une « tuerie systématique » à l’encontre des Tutsis. Ils ont été rassemblés dans des lieux où ils pensaient être gardés, d’abord au bureau communal, puis au diocèse, puis enfin sur le site de Murambi. Pendant une semaine, ils ont été privés d’eau, de nourriture, ou de toute forme d’assistance. Ainsi affaiblis, ils ont donc été tués, à l’aide de grenades, fusils, et armes blanches. Il s’agissait d’environ 60 000 individus, enterrés dans deux grandes fosses communes. Puis une courte visite muette du mémorial de Gisozy réalisée le 4 juin 2000 donne à voir des ossements entassés. Ensuite, le mémorial de Ntamara est montré. Il s’agit d’un travelling sur les momies des victimes du massacre - environ 5000 -, sur des vêtements, entassés pêle-mêle dans l’église de Ntarama, avec quelques brèves précisions en voix off relatives au massacre de la population. Enfin, un court extrait, réalisé en mai 2000, montre l’intérieur de l’église de Nyamata, ainsi que des ossements reposant en son sein. Bruce CLARKE est filmé en train de photographier ces ossements.
Titre: Le projet du Jardin de la mémoire du Rwanda, proposé par Bruce CLARKE
Durée: 00:03:36   [00:09:16 > 00:12:53]
Il s’agit d’un extrait du film de Nicolas THIEBAUT « Bruce Clarke : Worlds aren’t enough ». L’artiste y est montré en train de peindre une toile. Il explique aussi sa volonté de montrer comment les artistes peuvent agir sur des situations réelles, à travers son œuvre. Pour lui, le « Jardin de la mémoire » est à la fois un lieu de renaissance, et permet par ailleurs de rendre hommage à chaque mort, symbolisé par des pierres à venir y déposer. Il s’agit de donner du sens à un geste de mémoire.
Titre: Apprêter la toile du projet
Durée: 00:09:37   [00:12:53 > 00:22:30]
Bruce CLARKE s’entretient avec des élèves du lycée de Kigali, le 31 mai 2000. Il leur explique son parcours personnel, ainsi que la démarche derrière le projet du jardin de la mémoire. Le but de cette œuvre est de parvenir à un nombre d’un million de pierres, symbolisant toutes les victimes du génocide. Puis il se rend sur le site de Nyanza, à Kigali, qui accueillera son œuvre. Il met en place son projet, et le discute avec des collaborateurs, qui travaillent avec lui à la réalisation de la sculpture. Les pierres, explique-t-il, doivent être imposantes, afin de symboliser une certaine lourdeur. Enfin, lors d'une réunion de travail avec les associations de victimes, Bruce CLARKE discute des modalités de la cérémonie de l’œuvre.
Titre: 5 juin 2000, la pose des premières pierres
Durée: 00:04:32   [00:22:30 > 00:27:02]
Bruce CLARKE, lors de cet événement, fait un discours visant à expliquer la signification de son œuvre, en présence notamment de Jeannette KAGAME, première dame du Rwanda, et du président de l’Assemblée Nationale. La première pierre est finalement posée par Madame KAGAME, à qui succèdent de nombreuses personnes.
Titre: Novembre 2000 : entre-temps
Durée: 00:01:39   [00:27:02 > 00:28:42]
L’évolution de l’œuvre est rapidement montrée.

6 chapitres.
  • Un défilé de personnes portant des bougies à l’Université de Butaré, le 1er juin 2000, est tout d’abord montré.
  • Un témoignage de Louis KANIMUGIRE, responsable de la commission nationale des sites mémoriaux, a lieu. Il explique qu’en 1994 s’est déroulée une « tuerie systématique » à l’encontre des Tutsis. Ils ont été rassemblés dans des lieux où ils pensaient être gardés, d’abord au bureau communal, puis au diocèse, puis enfin sur le site de Murambi. Pendant une semaine, ils ont été privés d’eau, de nourriture, ou de toute forme d’assistance. Ainsi affaiblis, ils ont donc été tués, à l’aide de grenades, fusils, et armes blanches. Il s’agissait d’environ 60 000 individus, enterrés dans deux grandes fosses communes. Puis une courte visite muette du mémorial de Gisozy réalisée le 4 juin 2000 donne à voir des ossements entassés. Ensuite, le mémorial de Ntamara est montré. Il s’agit d’un travelling sur les momies des victimes du massacre - environ 5000 -, sur des vêtements, entassés pêle-mêle dans l’église de Ntarama, avec quelques brèves précisions en voix off relatives au massacre de la population. Enfin, un court extrait, réalisé en mai 2000, montre l’intérieur de l’église de Nyamata, ainsi que des ossements reposant en son sein. Bruce CLARKE est filmé en train de photographier ces ossements.
  • Il s’agit d’un extrait du film de Nicolas THIEBAUT « Bruce Clarke : Worlds aren’t enough ». L’artiste y est montré en train de peindre une toile. Il explique aussi sa volonté de montrer comment les artistes peuvent agir sur des situations réelles, à travers son œuvre. Pour lui, le « Jardin de la mémoire » est à la fois un lieu de renaissance, et permet par ailleurs de rendre hommage à chaque mort, symbolisé par des pierres à venir y déposer. Il s’agit de donner du sens à un geste de mémoire.
  • Bruce CLARKE s’entretient avec des élèves du lycée de Kigali, le 31 mai 2000. Il leur explique son parcours personnel, ainsi que la démarche derrière le projet du jardin de la mémoire. Le but de cette œuvre est de parvenir à un nombre d’un million de pierres, symbolisant toutes les victimes du génocide. Puis il se rend sur le site de Nyanza, à Kigali, qui accueillera son œuvre. Il met en place son projet, et le discute avec des collaborateurs, qui travaillent avec lui à la réalisation de la sculpture. Les pierres, explique-t-il, doivent être imposantes, afin de symboliser une certaine lourdeur. Enfin, lors d'une réunion de travail avec les associations de victimes, Bruce CLARKE discute des modalités de la cérémonie de l’œuvre.
Titre: Le projet du jardin de la mémoire du génocide rwandais de 1994 - Documentaire
Sous-titre: Documentaire du CEDRATE (Centre de Recherches, d'Etudes et d'Actions sur les Traumatismes et l'Exclusion). Documents sur le génocide rwandais de 1994
Auteur(s): DORAY Bernard
Durée: 00:48:26
Date de réalisation: 07/05/2002
Lieu de réalisation: Sites mémoriaux du génocide, RWANDA
Genre: Documentaires audiovisuels
Cette vidéo est un reportage réalisé en janvier 2002 par Bernard DORAY, président du CEDRATE. Il se focalise sur plusieurs lieux de mémoire du génocide rwandais perpétré entre avril et juillet 1994 au Rwanda, ainsi que sur l’œuvre commémorative de Bruce CLARKE, sculpture intitulée le « Jardin de la mémoire ».
Constitué fin 1995, à la suite du génocide des Tutsis au Rwanda, le CEDRATE (Centre d’Enseignement, de Documentation, de Recherche et d’Action sur les Traumatismes des Enfants), se consacre à l'étude des conséquences psychologiques des situations de guerre sur les enfants. Dans ce domaine, le CEDRATE vise prioritairement au soutien des actions menées sur le terrain par les professionnels et les institutions des pays concernés. Hébergé à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris, le CEDRATE devient en 1999 le Centre de Recherches et d’Actions sur le Traumatisme et l’Exclusion, élargissant son domaine d’intervention à l’ensemble du domaine psychosocial pour y mener des recherches et des interventions pluridisciplinaires. Le sujet débattu ici est celui du génocide rwandais de 1994.
Sujet: Sujet
Topique: Génocide du Rwanda
Localisation spatiale du sujet: Rwanda
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; 1994
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Discussion ; Interprétation ; Discours mémoriel ; Témoignage
Cette vidéo traite du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 et de sa mémoire, à travers l'exploration de ses sites mémoriaux, et de la présentation de l'oeuvre commémorative de Bruce CLARKE intitulée le "Jardin de la mémoire".
Sujet: Sujet
Topique: Génocide rwandais
Mots-clés: Génocide rwandais, oeuvre d'art, commémoration, sites mémoriaux
Localisation spatiale du sujet: Rwanda
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Bilan personnel ; Discours didactique ; Explication ; Exposé historique ; Interprétation ; Discours mémoriel ; Témoignage
Ce documentaire explore la mémoire du conflit rwandais s'étant déroulé d'avril à juillet 1994, en explorant les sites mémoriaux du conflit, et en présentant l'oeuvre commémorative de Bruce CLARKE, intitulée "Le jardin de la mémoire".
Sujet: Oeuvre discutée
Topique: Le jardin de la mémoire
Localisation spatiale du sujet: Rwanda
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan personnel ; Discussion ; Explication ; Interprétation
"Le jardin de la mémoire" est une oeuvre d'art réalisée par l'artiste Bruce CLARKE visant à commémorer le massacre des Tutsis lors du génocide rwandais qui se déroula d'avril à juillet 1994. Le but de cette sculpture est d'arriver à 1 million de pierres, symbolisant le million de victimes que le conflit engendra.
Cette vidéo présente la création et la réalisation de cette oeuvre.
Sujet: Pays
Topique: Rwanda
Mots-clés: Rwanda, génocide, oeuvre d'art, commémoration, sites mémoriaux
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Discussion ; Explication ; Exposé historique ; Interprétation ; Discours mémoriel ; Témoignage
Cette vidéo vise à la fois à explorer les sites mémoriaux du génocide rwandais, ainsi qu'à présenter la démarche de l'artiste Bruce CLARKE, ayant réalisé une oeuvre d'art intitulée la "Jardin de la mémoire", commémorant ce conflit.
Nom: CLARKE
Prénom: Bruce
Rôle: Artistes
Fonction: Artiste
Adresse: Paris, FRANCE
Bruce CLARKE est artiste plasticien, Paris, FRANCE.
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: CEDRATE - Centre de Recherches, d'Etudes et d'Actions sur les Traumatismes et l'Exclusion, France
Fonction: Producteur
Adresse: Paris, FRANCE
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Nom: KANIMUGIRE
Prénom: Louis
Rôle: Témoin sollicité
Fonction: Responsable de la commission nationale des sites mémoriaux du génocide rwandais
Adresse: Kigali, RWANDA
Louis KANIMUGIRE est responsable de la commission nationale des sites mémoriaux, Kigali, RWANDA
Type: Opinions
Point de vue de l'artiste Bruce CLARKE sur le génocide rwandais.
Type: Témoignages
Témoignage d'un homme politique sur le génocide rwandais de 1994.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Usage de recherches sur le génocide rwandais de 1994.
DORAY Bernard. « Le projet du jardin de la mémoire du génocide rwandais de 1994 », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°13, 2002, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/13
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© DORAY, Bernard, Président du CEDRATE, Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© KANIMUGIRE, Louis, Responsable de la commission nationale des sites mémoriaux, Kigali, RWANDA, 2002 © CLARKE, Bruce, Artiste plasticien, Paris, FRANCE, 2002
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse générale d'un extrait du documentaire « Le projet du jardin de la mémoire du génocide rwandais de 1994 »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. "Analyse générale d'un extrait de la vidéo « Le projet du jardin de la mémoire du génocide rwandais de 1994 »" (Portail AGORA, 2014) : http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: 38bf8f6d-b274-4bd9-a2ed-c6f77a7161df
Id vidéo: 5ea8cca9-6c05-4e6d-ae82-cb28835d8c87
Analyse du film documentaire sur les sites mémoriaux du génocide rwandais réalisé par le Centre de Recherches, d’Etudes et d’Actions sur les Traumatismes et l’Exclusion (CEDRATE).