Penser le développement au XXIe siècle. Chapitre 4 : Développement et mondialisation. SACHS, Ignacy

Chapitre

Titre: Agonie du socialisme réel et contre-réforme néolibérale
Durée: 00:05:20   [00:00:00 > 00:05:20]
Selon Ignacy Sachs, il existe un lien inextricable entre l’agonie du socialisme réel et la contre -réforme néolibérale, symbolisé par Margaret Thatcher et Ronald Reagan aux Etats-Unis. Simultanément, il y a eu dans les dernières trente années, une montée en puissance des grands groupes et une financiarisation de l’économie - contre l’économie réelle - couplé à un véritable effort organisé pour saper le keynésianisme. L’effondrement de l’Union Soviétique fut une occasion de développement extraordinaire pour une contre-réforme néolibérale "planifiée".
Titre: Mésaventures du système onusien
Durée: 00:07:38   [00:05:20 > 00:12:58]
D'autre part, l’affaiblissement de l’ONU a joué un rôle réel dans l’accélération de la contre-réforme néolibérale. La montée en flèche du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) a contrecarré les principes de la CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) qui préconisait, au contraire, la discrimination positive des faibles dans les négociations commerciales. Le mouvement des non-alignés n’a pas pu avoir la puissance d’opposition suffisante pour se dresser face aux grandes puissances - l’OPEP en est un exemple, puisqu’il décide très tôt de recycler ses bénéfices dans le système bancaire occidental.
Titre: La question de l'Etat développeur
Durée: 00:08:54   [00:12:58 > 00:21:53]
Titre: Faire face aux changements climatiques
Durée: 00:09:09   [00:21:53 > 00:31:02]
Selon Ignacy Sachs, il existe un lien inextricable entre l’agonie du socialisme réel et la contre-réforme néolibérale, symbolisée par Margaret Thatcher (UK) et Ronald Reagan (USA). Ici, il s'agit d'expliquer comment faire face aux changements climatiques et aux problèmes environnementaux, en sortant de l'économisme financier.
La question du climat soulève l’incertitude face à un réel changement climatique, en dehors des activités humaines. Mais, selon Ignacy SACHS, nous devons tout de même réduire fortement notre empreinte écologique afin d’atténuer toutes les formes de changement climatique. Pourtant la contre-réforme néolibérale y est opposée à cause de la nécessaire implication des Etats dans cette question. Le protocole de Kyoto (1995- ) n’est pas suffisant, car les pays en voie de développement ne sont pas inclus dans la volonté de réduire les gaz à effet de serre. La création d’un marché des crédits-carbone est une réelle aberration qui découle directement de l’idéologie de marché. Les entreprises et les grands groupes ne font que s’acheter des « indulgences » contre leur droit de polluer ! Selon la contre-réforme néolibérale, le marché devrait régler automatiquement tous les problèmes du monde, des problèmes environnementaux à ceux de votre propre vie privée. Et pourtant cette « logique » n’a pas cessé de créer de véritables dégâts. Au contraire, pour Ignacy Sachs, nous devons à tout prix limiter cet « économicisme » dangereux.
Titre: Bilan de la contre-réforme néolibérale
Durée: 00:04:19   [00:31:02 > 00:35:22]
Ignacy Schas dresse le bilan de la contre-réforme néolibérale. Nous aurions dû, selon Ignacy SACHS, suite au passage des anciennes économies socialiste vers le capitalisme, saisir l’occasion de sauvegarder ce patrimoine historique et s’engager dans la voie d’un « capitalisme réformé », et non dans la contre-réforme néolibérale.
Titre: La social-démocratie européenne et l'économie de marché
Durée: 00:06:36   [00:35:22 > 00:41:59]
La social-démocratie en Europe a laissé le système néolibéral prendre toute la place dans le champ social, en oubliant le « New Deal » des années 30. La contradiction est de laisser faire le marché, en acceptant la baisse des impôts. La social-démocratie a perdu l’occasion historique de construire l’Union Européenne. C’est un paradigme qui a fait ses preuves dans les pays scandinaves, mais qui en majeure partie a échoué. La social-démocratie a reculé devant la force de frappe du système financier international.
Titre: Conclusion
Durée: 00:17:41   [00:41:59 > 00:58:24]
D’un côté, il y a un effondrement de la social-démocratie, mais également un affaiblissement du néolibéralisme. Que reste-t-il de ces dernières années ? Des ruines, affirme Ignacy SACHS. Il nous faut étudier les systèmes passés, du maoïsme au socialisme réel et scandinave, comme des paradigmes échoués, afin de dépasser ces modèles. Il y a donc une nécessité de procéder à des études comparées des trajectoires historiques récentes de chaque système, en sortant des « à priori » idéologiques pour éviter les dogmatismes. L’Histoire ne peut pas échapper à l’étude des singularités. Il faut tirer tous les enseignements possibles de l’échec des paradigmes socialistes. Si l’avenir doit être inventé, quels sont alors les défis et les enjeux auxquels nous devrons faire face ? La pluralité des voies de développement et de « mal-développement » nous prépare aux défis du XXe siècle.

7 chapitres.
  • Selon Ignacy Sachs, il existe un lien inextricable entre l’agonie du socialisme réel et la contre -réforme néolibérale, symbolisé par Margaret Thatcher et Ronald Reagan aux Etats-Unis. Simultanément, il y a eu dans les dernières trente années, une montée en puissance des grands groupes et une financiarisation de l’économie - contre l’économie réelle - couplé à un véritable effort organisé pour saper le keynésianisme. L’effondrement de l’Union Soviétique fut une occasion de développement extraordinaire pour une contre-réforme néolibérale "planifiée".
  • D'autre part, l’affaiblissement de l’ONU a joué un rôle réel dans l’accélération de la contre-réforme néolibérale. La montée en flèche du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) a contrecarré les principes de la CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) qui préconisait, au contraire, la discrimination positive des faibles dans les négociations commerciales. Le mouvement des non-alignés n’a pas pu avoir la puissance d’opposition suffisante pour se dresser face aux grandes puissances - l’OPEP en est un exemple, puisqu’il décide très tôt de recycler ses bénéfices dans le système bancaire occidental.
  • Selon Ignacy Sachs, il existe un lien inextricable entre l’agonie du socialisme réel et la contre-réforme néolibérale, symbolisée par Margaret Thatcher (UK) et Ronald Reagan (USA). Ici, il s'agit d'expliquer comment faire face aux changements climatiques et aux problèmes environnementaux, en sortant de l'économisme financier.
  • Ignacy Schas dresse le bilan de la contre-réforme néolibérale. Nous aurions dû, selon Ignacy SACHS, suite au passage des anciennes économies socialiste vers le capitalisme, saisir l’occasion de sauvegarder ce patrimoine historique et s’engager dans la voie d’un « capitalisme réformé », et non dans la contre-réforme néolibérale.
  • La social-démocratie en Europe a laissé le système néolibéral prendre toute la place dans le champ social, en oubliant le « New Deal » des années 30. La contradiction est de laisser faire le marché, en acceptant la baisse des impôts. La social-démocratie a perdu l’occasion historique de construire l’Union Européenne. C’est un paradigme qui a fait ses preuves dans les pays scandinaves, mais qui en majeure partie a échoué. La social-démocratie a reculé devant la force de frappe du système financier international.
  • D’un côté, il y a un effondrement de la social-démocratie, mais également un affaiblissement du néolibéralisme. Que reste-t-il de ces dernières années ? Des ruines, affirme Ignacy SACHS. Il nous faut étudier les systèmes passés, du maoïsme au socialisme réel et scandinave, comme des paradigmes échoués, afin de dépasser ces modèles. Il y a donc une nécessité de procéder à des études comparées des trajectoires historiques récentes de chaque système, en sortant des « à priori » idéologiques pour éviter les dogmatismes. L’Histoire ne peut pas échapper à l’étude des singularités. Il faut tirer tous les enseignements possibles de l’échec des paradigmes socialistes. Si l’avenir doit être inventé, quels sont alors les défis et les enjeux auxquels nous devrons faire face ? La pluralité des voies de développement et de « mal-développement » nous prépare aux défis du XXe siècle.
Titre: Penser le développement au XXIe siècle. Chapitre 4 : Développement et mondialisation
Auteur(s): SACHS, Ignacy
Durée: 00:58:24
Date de réalisation: 25/02/2008
Lieu de réalisation: FMSH- Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 54 bld Raspail, 75006 Paris, France
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Ignacy Sachs a donné, pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche, une série de six entretiens autour de l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Ici, Ignacy Sachs achève sa réflexion, entamée lors des précédents entretiens, sur le développement à travers l’histoire du XXe siècle. Selon lui, la victoire du capitalisme sur le socialisme réel ne signifie pas la fin d’une histoire, l’agonie de ce dernier étant liée à la contre-réforme néolibérale. Après avoir soulevé les « mésaventures » du système onusien, il évoque la question de l’Etat développeur et des réponses face aux changements climatiques. C’est en dressant le bilan de la contre-réforme néolibérale, qu’il revient sur l'influence de celle-ci sur la social-démocratie et son adhésion à l’économie de marché.
Né en 1927 à Varsovie, Ignacy Sachs est un des premiers socio-économistes à avoir travaillé sur le concept de l'écodéveloppement, développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre aux leurs. Le concept est issu du constat que la prospérité des pays du Nord s'est édifiée sur la destruction de nombreux écosystèmes ou sur leur pollution. Son parcours personnel se dessine à travers le monde. Il a vécu au Brésil pendant quatorze ans, après avoir fuit la Pologne avec sa famille, pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les lois nazies anti-juives sont entrées en vigueur. Il revient dans son pays natal et fait carrière comme économiste, spécialiste de la planification. Il suivra Kalecki en Inde, de 1957 à 1960. Victime d’un complot le présentant comme « sioniste », en 1968, il est contraint à l’exil et se rend en France, où l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales l’accueille, grâce au concours de Jacques Le Goff et Fernand Braudel. Membre de nombreuses instances d’organisations internationales, Ignacy Sachs propose une autre idée du développement. Son approche environnementale rompt avec l’économicisme et propose une économie anthropologique qui s’inscrit dans la voie ouverte par Karl Polanyi (1886-1964). Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages traduits en plusieurs langues. Parmi cette importante production intellectuelle : "La découverte du Tiers Monde" (Flammarion, 1971) ; "Stratégies de l’écodéveloppement" (Editions ouvrières, 1980) ; "L’écodéveloppement : stratégies de transition vers le XXIe siècle" (Syros, 1993) ; "Quelles villes pour quel développement ?" (Puf, 1996).
Sujet: Théories et notions scientifiques en SHS
Topique: Social-démocratie
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Récit d'échec ; Evaluation critique'
La social-démocratie a jugé l’économie capitaliste efficace et lui a donc laissé entière liberté pour qu’elle s’épanouisse, remarque Ignacy Sachs, quitte à faire une politique sociale de compensation. Constat d'échec de ce paradigme par I. Sachs, à cause du recul face à la force des entreprises multinationales et du système financier international.
Type: Pages web
Auteur: EHESS -Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Url: http://crbc.ehess.fr/document.php?id=502
Fiche de présentation d'Ignacy Sachs, ses titres, ses activités, ses publications.
SACHS, Ignacy. "Penser le développement au XXIe siècle. Chapitre 4 : Développement et mondialisation", FMSH-AAR7, 2008, [en ligne] ; URL : http://www.fmsh-aar.msh-paris.fr/Video.aspx?domain=65fb5d6f-6a92-41ab-96c7-db0becadcdd3&language=fr&metaDescriptionId=349b97b4-7b9d-49c3-b87c-a56770f6a781&cultureId=fr&mediatype=VideoWithShots
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Le réalisateur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est l'ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias) à la FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme) , 54 bld Raspail, 75006 Paris, France, le 25 février 2008.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Lien: Creative Commons - Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France
Titre: Analyse de base d'un entretien portant sur "Penser le développement au XXIe siècle. Chapitre 4 : Développement et mondialisation"
Sous-titre: Analyse de base pour portail FMSH-AAR
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: CHEMOUNY, Muriel. "Analyse de base d'un entretien portant sur "Penser le développement au XXIe siècle. Chapitre 4 : Développement et mondialisation"". Analyse globale de la vidéo segmentée, 2012, FMSH-AAR, 2008, [en ligne] ; URL : http://www.fmsh-aar.msh-paris.fr/Video.aspx?domain=65fb5d6f-6a92-41ab-96c7-db0becadcdd3&language=fr&metaDescriptionId=349b97b4-7b9d-49c3-b87c-a56770f6a781&cultureId=fr&mediatype=VideoWithShots
Id analyse: 349b97b4-7b9d-49c3-b87c-a56770f6a781
Id vidéo: 7c62fc53-4e76-4a5a-a77d-7a9f2615b40c
Cette ressource audiovisuelle est destinée à : - des étudiants, des enseignants, des chercheurs en sciences sociales, particulièrement en socio-économie, en économie du développement, en économie de l'environnement soucieux de la problématique de l'idée du développement dans un monde en pleine mutation ; - toute personne curieuse des grandes questions socio-économiques contemporaines.