Colloque "Présences du passé. Mémoires et sociétés du monde contemporain" - Que faire du vingtième siècle ? par Marc FERRO. FERRO, Marc
Titre: Colloque "Présences du passé. Mémoires et sociétés du monde contemporain" - Que faire du vingtième siècle ? par Marc FERRO
Sous-titre: Intervention de Marc FERRO sur le problème du « ressentiment »
Auteur(s): FERRO, Marc
Durée: 00:09:55
Date de réalisation: 30/11/2007
Lieu de réalisation: Musée du quai Branly, 37 Quai Branly, 75007 Paris, France
Genre: Colloque filmé
Langue(s): Français
Cette vidéo est un extrait de la conférence "Que faire du vingtième siècle ?", s'inscrivant dans le colloque "Présences du passé. Mémoires et sociétés du monde contemporain", qui s'est tenu du vendredi 30 novembre 2007 au samedi 1er décembre 2007 au Musée du quai Branly. Selon Marc Ferro, la problématique du ressentiment dans la mémoire blessée d'un peuple, voire d'un groupe social ou religieux, casse les périodes et le rapport histoire/mémoire.
Le ressentiment est un traumatisme social, où il y a eu « impuissance ». La volonté de vengeance peut exploser sur un temps long. Les exemples abondent : Tragique : la colère des Arméniens où le passé et plus présent que le présent. Ben Laden et l'islamisme remonte, selon lui, aux humiliations des Arabes en Espagne, il y a plusieurs siècles. En France : le ressentiment des gens du midi contre la croisade des Albigeois qui se perpétue, par exemple, au Larzac. Le ressentiment est réciproque. Il ne prend donc jamais fin. Ceux qui se jugent « victimes » ne sont jamais satisfaits des concessions de leurs bourreaux. A moins de se revaloriser comme les Juifs qui se disent être le groupe social le plus résistant aux persécutions dans l’Histoire. Mais selon Marc Ferro, l’humiliation peut se retourner et trouver une sortie par le haut. Un exemple, les Noirs américains, qui reconfigurent leur identité africaine en succès artistique et politique de la communauté noire. Il existe des "sorties par le haut" de la problématique mémorielle du ressentiment.
Sujet: Sujet
Topique: Mémoires blessées et traumatismes sociaux
Localisation temporelle du sujet: l'Histoire du monde
Type de discours consacré au sujet: Exposé théorique
Nom: FERRO
Prénom: Marc
Rôle: Conférenciers
Appartenance: EHESS - Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Fonction: Directeur d'études
Adresse: Paris, France
Après avoir quitté Paris en 1941, Marc Ferro prépare le certificat d'histoire-géographie à la faculté de Grenoble. Âgé de 20 ans en 1944, il est sous la menace d'une réquisition par le Service du travail obligatoire (STO). Après l'arrestation de plusieurs membres de son réseau, il participe à la Résistance dans le maquis du Vercors. Sa capacité à lire les cartes d'état-major décide de son affectation. Il reçoit pour mission de pointer avec précision sur les cartes les mouvements des forces en présence. Après la guerre, il enseigne en Algérie à Oran entre 1948 et 1956. Bien que très attaché à cette terre, il la quitte pour devenir professeur à Paris et se spécialiser au début des années 1960 dans l'histoire soviétique (sa thèse de doctorat porte sur la Révolution russe de 1917), domaine dans lequel il a tenté de porter un discours non idéologique et montrer par les archives audio-visuelles et écrites que la révolution prolétarienne est faite non par la classe ouvrière mais par des femmes, des soldats et des paysans. Ses études dans le domaine de l'histoire sociale tranchent avec les analyses alors dominantes de l'« école » du totalitarisme. Il montre que l'insurrection d'Octobre ne se réduit pas au coup d'État bolchevique, car elle est indissociable du mouvement révolutionnaire et populaire en cours[1]. Il analyse également le processus de bureaucratisation-absolutisation du pouvoir à partir du sommet, mais aussi de la base[2]. Après avoir enseigné à l’École polytechnique, il est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) (groupe de recherches Cinéma et Histoire), président de l'Association pour la recherche à l'EHESS et codirecteur des Annales, où il est nommé par Fernand Braudel en 1970. Il est un utilisateur régulier de la bibliothèque de la Fondation Maison des sciences de l'homme créée par ce dernier. Ancien directeur de l'Institut du monde soviétique et de l'Europe centrale, il est docteur honoris causa de l’université de Moscou depuis 1999. Marc Ferro a lancé la réflexion sur le cinéma et l'histoire. Il utilise le cinéma comme instrument de connaissance de l'histoire des sociétés, considérant que le cinéma livre un témoignage au même titre que des sources traditionnelles (Wikipédia).
Nom: RACINE
Prénom: Jean-Luc
Rôle: Organisateurs
Fonction: Directeur de recherche
Adresse: École des Hautes Études en Sciences Sociales 190-198 avenue de France - 75 244 Paris cedex 13
Directeur de recherche au CNRS, Jean-Luc Racine est aussi directeur du programme international d’études avancées (www.piea-ipas.msh-paris.fr) conduit par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme en coopération avec l'Université Columbia. A la même Fondation, il a dirigé de 1992 à 2001 le programme franco-indien de coopération en sciences sociales. De 2004 à 2008 il a mis sur pied et dirigé la cellule de valorisation du réseau des instituts français de recherche à l'étranger (www.ifre.fr). Depuis 2008, il est l’un des trois membres du comité de pilotage scientifique de l’Institut d’Etudes Avancées de Paris (www.paris-iea.fr).
Type: Niveau Doctorat
Public cible: Vidéos pour un public de plus de 18 ans
Type: Niveau Master
Public cible: Vidéos pour un public de plus de 18 ans
FERRO, Marc. «Que faire du vingtième siècle ? Intervention de Marc FERRO sur le problème du ressentiment» , in " Présences du passé. Mémoires et sociétés du monde contemporain", Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n° 1168, 2007, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1168&ress=3630&video=95196&format=68#15273
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Le réalisateur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias) à la FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme) , du vendredi 30 novembre 2007 au samedi 1er décembre 2007 - Musée du quai Branly, Paris, France.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Lien: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Titre: Analyse de la conférence «Que faire du vingtième siècle ?» dans le colloque "Présences du passé. Mémoires et sociétés du monde contemporain"
Sous-titre: Analyse pour portail FMSH-AAR
Langue(s): Français
Type: Analyses de base de l'objet média
Comment citer: SYLVESTRE, Isabelle. Analyse du colloque «Présences du passé. Mémoires et sociétés du monde contemporain». Analyse de la vidéo source non découpée «Que faire du vingtième siècle ? Intervention de Marc FERRO» , 2011, Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°1168, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1168&ress=3630&video=95196&format=68#15273
Id analyse: 2927ece7-1803-44f5-a999-5f777d311ed1
Id vidéo: 049eaab4-7057-4cc6-bdce-dcce48a4352d
Marc FERRO revient sur la notion de ressentiment, et sur les diverses "sorties" - usages - que les peuples font de leurs mémoires blessées. Excellente conférence sur le paradigme de mémoires blessées par de grands évènements violents, et leur éventuelle résolution. Sociologie de la réconciliation par la reconnaissance de la réciprocité de la souffrance entre bourreaux et victimes.