Fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie saoudite. ROBIN Christian Julien

Chapitre

Titre: Présentation de Christian Julien ROBIN et des «Journées sabéennes»
Durée: 00:05:46   [00:00:00 > 00:05:46]
Langue(s): Français
Dans ce segment Christian Julien ROBIN discutera des "Journées sabéennes", un colloque annuel sur la recherche en Arabie.
Christian Julien ROBIN est directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR Orient et Méditerranée, directeur du Laboratoire d’Etudes Sémitiques Anciennes (LESA), aujourd’hui l’équipe Mondes sémitiques, et membre depuis 2005 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Les "Journées sabéennes" existent depuis 1993 mais elles n’étaient pas régulières au départ. Elles l’ont été à partir de 2000et deviennent dès lors annuelles. Le but de ces journées est que chaque année les chercheurs travaillant au Yémen et en Arabie Saoudite puissent se rencontrer et échanger sur les missions archéologiques de l’année passée. Il-y-a aussi une partie réflexive avec des exposé sur une thématique définie chaque année. Ils essayent d’être peu nombreux pour garder un caractère informel à ces rencontres. Toutes les données ne sont pas publiées donc cela permet de présenter des travaux encore non aboutis ainsi que de s’exprimer librement. Le milieu des scientifiques travaillant sur l’Arabie Islamique n’est pas très vaste : il-y-a des collègues russes, italiens, allemands et français. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont respectivement pas et peu présents. Avant les Pays Bas et la Belgique étaient présents, mais les ravages universitaires ont fait que les chaires ont disparu. Plus récemment un réseau de jeunes chercheurs de la péninsule arabique notamment à Riad, centre principal de leurs études. A titre personnel depuis 5 ans, Christian Julien ROBIN va en Arabie Saoudite tous les ans pendant un mois. Il reste à Riad pour rencontrer les autorités des antiquités et rencontrer les collègues de l’Université du Roi Saoud. Ces derniers sont souvent formés à l’étranger mais c’est une université qui occupe aujourd’hui un rang important.
Titre: Présence des équipes anglaises et américaines sur le terrain
Durée: 00:02:20   [00:05:46 > 00:08:07]
Langue(s): Français
Aux Etats-Unis il y a un intérêt pour tout ce qui se rapporte à la Bible, notamment à l’université de Chicago mais sur l’Arabie il y a peu de tradition d’études sur d’autres sujets. Il n’y a jamais eu de spécialiste à proprement parler. Cependant, il y a eu des tentatives de fouilles dans les années 50 au Yémen du Nord (sous influence américaine) et au Yémen du Sud (alors sous domination britannique) mais elles n’ont pas donné les résultats escomptés. La fouille au Sud n’a pas été publiée de manière satisfaisante (le directeur s’est enfui avec les résultats). Au Nord, la fouille a été un fiasco : les archéologues ont été obligés de quitter leur campement en abandonnant tout car ils s’étaient mal débrouillés avec les autorités locales. L’échec de l’American Foundation for the Study of the Man (la fouille américaine) est peut être la cause de la difficulté à créer des enseignements et des spécialistes en archéologie sur ce terrain.
Titre: Création des «Journées sabéennes»
Durée: 00:01:52   [00:08:07 > 00:09:59]
Langue(s): Français
Ce qui existait avant était une rencontre annuelle en Grande Bretagne mais qui avait un spectre de disciplines et de périodes historiques très larges, traitant de l’ensemble de la péninsule mais cela ne permettait pas de discussion sur le matériel qu’il pensait utile. L’archéologie dans la péninsule arabique remonte au XIXème siècle, quand les ottomans dominaient l’Arabie occidentale et une partie de l’Arabie orientale. Mais ces fouilles ont été arrêtées en 1914 quand des états de la péninsule ont été jaloux de l’indépendance du Yémen, comme l’état zaydite au Yémen. La plupart des régions se sont fermées à la recherche archéologique. Dans la région contrôlée par la Grande Bretagne (golfe persique, Oman, Yémen du Sud) les anglais n’étaient pas favorables à la présence de recherches archéologiques car ça pourrait déstabiliser les régimes traditionalistes qu’ils contrôlaient sous tension.
Sujet: Sujet
Topique: Ateliers autour de l'archéologie de l'Arabie
Mots-clés: Archéologie; Péninsule arabique
Discipline, domaine: Archéologie
Mots-clés: archéologie, arabie
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite ; France ; Yémen
Les recherches ont lieu au Yémen et en Arabie Saoudite, tandis que les journées sont organisées en France.
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
L'auteur discute de l'archéologie du XIXème siècle en Arabie, puis des fouilles arrêtées lors de la domination américaine et anglais au XXème siècle, et enfin la reprise mi-XXème jusqu'à aujourd'hui.
Type de discours consacré au sujet: Explication
L'auteur explique les raisons de sa motivation pour créer les "Journées sabéennes".
Les "Journées Sabéennes" sont des ateliers en petit comité sur le thème de l'achéologie dans la Péninsule arabique. Quelques chercheurs présentent leurs résultats, leurs chantiers en cours et discutent à ce sujet une fois par an.
Les "Journées sabéennes" réunissent des spécialistes de l'archéologie en Arabie.
Titre: Parcours académique
Durée: 00:07:52   [00:09:59 > 00:17:52]
Langue(s): Français
Dans ce segment, Christian Julien ROBIN revient sur son parcours académique, comment a-t-il choisi sa discipline et les raisons pour lesquels il est parti au Yémen.
Plutôt destiné à une carrière dans l’administration, Christian Julien ROBIN a étudié à Sciences Po. Vers la fin de ses études, en 1964, il y avait un grand nombre de bourses pour étudier l’arabe et le nombre de candidat était inférieur au nombre de bourses. Il n’était pas un candidat favorable mais il quand même posé sa candidature et a donc pu en profiter. C’était après la guerre d’Algérie donc monde arabe n’avait pas une image très positive. Les relations entre la France et monde arabe étaient donc encore troublées. Arrivé au Liban, il-y-a encore le souvenir de la guerre civile au Liban, de l’expédition de Suez de 1956, de la guerre d’Algérie, beaucoup d’évènements qui faisaient que les débats politiques étaient vifs à cette époque. C’était intéressant pour un politologue comme lui. En revenant du Liban il n’a cependant plus le goût de s’orienter dans une carrière nationale. Il développe alors son apprentissage de l’arabe. Entre 1966 et 1968, il effectue son service militaire de coopération en Jordanie où il enseignait le français au centre culturel. Comme il était en lien avec l’ambassade et l’ambassadeur, celui-ci l’a incité à ne pas suivre une carrière diplomatique car il regrettait lui-même de s’être engagé dans le métier. Selon lui, on ne peut pas poursuivre des intérêts intellectuels en étant dans une telle carrière. Il l’oriente donc Christian Julien ROBIN dans la recherche et vers le Yémen. Christian Julien ROBIN dit que ce choix était un choix philologique. A l’époque, le Yémen sortait d’une guerre civile (62-70) donc aller sur le terrain était difficile d’accès voire impossible. Mais recevoir une formation en philologie était possible, il a donc étudié les langues sémitiques comme le sud arabique, l’akkadien, le guèze… à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Les financements du CNRS étaient médiocres à cette époque donc se faire financer des missions était difficile. Il finance donc ses recherches lui-même. Il est allé au Yémen dans un but touristique et de découverte. Le Yémen était un pays peu exploré donc partout où il allait il découvrait des sites archéologiques non signalés et des inscriptions qui étaient son intérêt premier. Le Yémen avait été très parcouru mais il y avait peu de cartes, elles étaient partielles et anciennes. On circulait plutôt par des informations reçues mais aucun support n’était disponible. Aussi, c’était un pays sans routes, administration ou électricité, les pistes étaient non aménagées. On voyageait donc dans des conditions difficiles. Christian Julien ROBIN évoque aussi le fait que quand ils étaient reçus ils pouvaient être pris dans des conflits entre groupes ou tribus et il était difficile d’identifier le conflit, les acteurs… c’était des moments difficiles.
Sujet: Sujet
Topique: Langues sémitiques
Domaine: Philologie
Libellé: Etudes des langues sémitiques
Localisation spatiale du sujet: Jordanie ; Liban ; Yémen
Au début de ses études philologiques, l'auteur a étudié au Yémen.
Chistian Julien ROBIN a étudié au Liban, effectué son service militaire en Jordanie et est retournée étudier au Yémen.
Localisation temporelle du sujet: 1964/2009
Fin des études à Sciences Po en 1964 jusqu'à aujourd'hui.
Type de discours consacré au sujet: Présentation de soi
Christian Julien ROBIN revient sur tout son parcours académique en expliquant précisemment ses choix et les raisons qui l'ont motivé à faire ces choix.
Christian Julien ROBIN est philologue, spécialiste des langues sémitiques.
Christian Julien ROBIN a étudié les langues sémitiques comme le sud arabique, l’akkadien ou le guèze.
Titre: Méthodologie de recherche
Durée: 00:02:18   [00:17:52 > 00:20:10]
Langue(s): Français
Christian Julien ROBIN raconte que ce fut un long apprentissage. Au départ son intérêt était porté sur les monuments, mais avant tout sur les textes car ils apportent des données immédiates. Les données archéologiques sont plus longues à construire. Dans ces régions il y a des milliers d’inscriptions gravées ou confectionnées. Cela donne des éléments de puzzle pas facile à rassembler mais pour certaines zones et périodes on peut avoir une vision d’ensemble très concrète. Les siècles de l’antiquité tardive sont les plus riches car il y a des productions étrangères (grecques), la tradition arabe, les traditions des villages, etc. La pluralité de sources permet de recouper beaucoup de données.
Sujet: Sujet
Topique: Fouilles archéologiques en Arabie
Mots-clés: Fouilles archéologiques, Fouilles en Arabie
Discipline, domaine: Archéologie
Discipline, domaine: Philologie
Mots-clés: archéologie, fouilles archéologiques, philologie
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite ; Yémen
Le Yémen et l'Arabie Saoudite sont les terrains de recherche de l'auteur.
Type de discours consacré au sujet: Explication
L'auteur explique quelle est sa méthodologie et en quoi elle est utile et adaptée.
Christian Julien ROBIN effectue des fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie Saoudite, trouvant des inscriptions dans les vestiges.
L'auteur lie philologie et archéologie pour étudier l'histoire de l'Arabie et de l'Islam.
Titre: Recherches sur l’Arabie Saoudite
Durée: 00:14:11   [00:20:10 > 00:34:22]
Langue(s): Français
Christian Julien ROBIN explique ici la raison pour laquelle il a changé de terrain pour l'Arabie Saoudite, pays qui était presque impossible d'étudier avant les années 2000. Puis il parle de son sujet d'étude qui est la naissance et les premiers siècles de l'Islam. Il essaye de comprendre d'un point de vue historique qu'est ce qui a fait que cette zone géographique s'est tournée vers l'Islam en étudiant le contexte social et religieux de cette zone. Il explique aussi comment il s'organise pour faire des relevés archéologiques.
Depuis 1972 Christian Julien ROBIN est allé au Yémen presque tous les ans parfois 4 ou 5 fois dans l’année. La possibilité de découvertes importante s’est donc réduite avec le temps. Et l’immense Arabie Saoudite n’était pas totalement fermée mais les conditions de travail étaient incommodes. Le chercheur n’avait aucune autonomie car il devait donner tous ses rapports, ses notes ou ses photos au service des antiquités avant de partir donc il ne pouvait rien produire à son retour. Depuis une dizaine d’années les choses ont radicalement changé. L’Arabie Saoudite veut s’ouvrir au monde extérieur et depuis les années 2000 il y a des missions étrangères. L’Arabie Saoudite a des vestiges plus dispersés car le pays est immense mais il-y-a beaucoup de sites et donc d’inscriptions. Par exemple, ils ont découvert de grandes inscriptions historiques sur la période des derniers siècles avant l’Islam. En 2008-2009, ils ont fait des visites sur des sites, sur 2 d’entre eux ils ont trouvé 2 nouvelles inscriptions. Il explique alors que c’est un champ où on trouve des documents sans chercher. L’Arabie Saoudite est un grand pays de formation récente, l’ensemble de la péninsule n’ayant jamais été unifié. D’un point de vue civilisationnel il y a 3 pôles importants : la Mésopotamie (nord-est), la Syrie (du nord-ouest jusque Médine) et vers le sud le Yémen. La civilisation yéménite ne s’arrête pas à la frontière donc le sud-ouest de l’Arabie Saoudite a une civilisation comparable au Yémen. Ce qui est intéressant pour un spécialiste du Yémen est donc de voir les vestiges du côté saoudien. Le Yémen a rayonné au-delà notamment sur les routes caravanières du nord-ouest de l’Arabie Saoudite où l’on trouve des colonies de marchands yéménites où on peut y trouver des vestiges et des inscriptions rédigées en yéménite. C’est un échange dans les deux sens. D’une part la parenté linguistique : il existe une pluralité de langues qui ne sont pas de l’arabe. Et d’autre par une parenté dans l’architecture et l’iconographie. Pour lui il est intéressant d’étudier les civilisations qui sont comparables. L’Arabie Saoudite est le berceau de l’Islam : la Mecque (lieu de naissance de Mohammed) et Médine (l’oasis). Il explique alors que la naissance de cette religion l’interroge : il existe environ 7/8 prophètes qui se sont développés dans cette même région. La période de l’antiquité tardive est une période où on peut faire de l’histoire car c’est une période qui n’a jamais été véritablement étudiée. L’Islam n’a été étudié que d’un point de vue religieux et non historien jusqu’à récemment. François Déroche est le premier à s’y être intéressé. Ils veulent mieux connaitre le contexte social et religieux qui dominait avant et après Mohammed qui était inaccessible comparé à aujourd’hui où on peut disposer de matériaux et que l’on connait le terrain. Leur démarche est, dit-il, plus modeste que ces perspectives. Le travail en Arabie Saoudite consiste pour le moment à faire des relevés, visiter des régions signalées, ainsi que d’autres qui ne l’ont pas été (il y en a beaucoup, notamment dans le désert) comme les routes caravanières. Des textes ont aussi été trouvés dans des wadi. Ils vont aussi relever sur certains sites archéologiques étudiés par les saoudiens qui n’ont pas toujours les spécialistes nécessaires. Ils essayent de faire des relevés en sous-sol ou des relevés architecturaux. Il existe d’autres missions françaises au nord qui fouillent de grands sites (y compris d’équipes de son UMR). La relation avec la compréhension de l’évolution historique qui ont pu amener à la naissance de l’Islam se traitent de manière périphérique à ces fouilles. Ils font des relevés de tous les textes mais son intérêt personnel est tourné sur les derniers siècles de la péninsule arabique et le début de l’Islam.
Sujet: Sujet
Topique: Arabie, Histoire de l'Arabie
Hist.: Histoire de la Péninsule arabe
Libellé: Etude historienne de l'Islam
Mots-clés: Etude de l'Islam, Histoire de l'Islam
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite
La péninsule arabique est aujourd'hui constituée de l'Arabie Saoudite, le Yémen, Oman, le Qatar, Bahreïn, le Koweït et les Emirats Arabes Unis mais l'auteur ne se concentre que sur le Yémen et l'Arabie saoudite.
Le terrain de l'auteur se situe, dans ce segment, principalementen Arabie Saoudite.
Localisation temporelle du sujet: 1972/2009
1972-2009 (année de l'entretien) est la période durant laquelle ROBIN a étudié sur ce terrain.
Type de discours consacré au sujet: Explication ; Exposé de méthode ; Exposé historique
L'auteur explique pourquoi il s'intéresse à l'Arabie Saoudite, quel est son sujet d'étude et présente ainsi quelques découvertes sur l'histoire que lui ont apporté ses recherches.
L'Arabie de l'époque étudiée par l'auteur n'est pas aussi limitée géographiquement qu'aujourd'hui mais elle consiste principalement en l'histoire de l'Arabie Saoudite actuelle.
Le sujet principal dont l'auteur parle dans ce segment est l'histoire de la naissance de l'Islam, son contexte religieux et social, étudié d'un point de vue historien.
Titre: Résultats des recherches
Durée: 00:07:37   [00:34:22 > 00:41:59]
Langue(s): Français
Christian Julien ROBIN explique ici quels ont été les résultats des recherches qu'il a fait dans la péninsule arabique sur le sujet de la naissance et les premiers siècles de l'Islam. Il démontre que l'orientation historienne de ses recherches l'a mené à a découverte de la véritable histoire sur la naissance de l'Islam. Cela apporte une autre lumière sur le sujet que celle des sources arabo-musulmanes.
Il y a beaucoup d’interrogations sur la situation religieuse dans la péninsule arabique à la veille de l’Islam. Car la vision actuelle se fait souvent à travers la tradition musulmane alors qu’à l’époque cette région est dominée par le polythéisme, il n’y a plus de temples, plus de clergés, seulement des petits sanctuaires du désert. C’est une vision dominante chez les Islamisants à l’époque de Mohammed. Selon ROBIN, c’est une vision en totale contradiction des sources archéologiques qui montrent que le christianisme était beaucoup plus influent dans le golfe persique. Dans l’Arabie occidentale il existe un contraste entre nord-ouest et sud-ouest, deux zones où toutes les élites sont converties au judaïsme. Entre Médine et 300km au nord du Yémen, c’est encore un paganisme extrêmement affaibli. Ils trouvent des preuves dans des écrits à ce propos : dans la Kaaba (de 700 vers la conquête de la Mecque par Mohammed), alors sanctuaire polythéiste, il y a une image de Marie et d’anges. On sent donc une influence, une tentation de syncrétisme essayant de concilier vieilles religions traditionnelles et les religions dominantes (christianisme, judaïsme). Le Yémen a eu des rois chrétiens qui ont dominé une grande partie de la péninsule y compris la Mecque et Médine. Ils savent alors que des villes ont été sous domination chrétienne, il n’est donc pas étonnant à la Mecque d’avoir des indices d’un intérêt pour le christianisme. Christian Julien ROBIN pose la question de comment se fait-il que dans le coran il y ait autant de références à des personnages bibliques sans pourtant que le texte soit un calque l’ancien testament. Il y a une forte influence juive/chrétienne mais pas l’Islam n’est pas une copie de ces religions. On y trouve des références à Jésus et Marie mais pas des apôtres. On voit que l’arrière-plan est différent de celui qu’ils imaginent en étudiant les sources arabo-musulmanes qui ont été remaniées pour établir un contraste entre l’Arabie de la déchéance et l’Arabie convertie à la vraie foi et remporte des succès. Cette vision traditionnelle, celle des sources arabes, ne correspond pas à la réalité, c’est une vision théologienne. Ca les embarrassait de devoir expliquer que Mohammed s’était confronté à des juifs donc il valait mieux pour eux faire référence aux polythéistes qui ne représentaient alors aucune force politique. Christian Julien ROBIN n’est pas le seul à faire cette démarche mais sa génération est la première à essayer de faire rentrer l’histoire dans la reconstruction des origines de l’Islam.
Sujet: Sujet
Topique: Intégration historique dans la naissance de l'Islam
Mots-clés: Islam, études islamiques, histoire de l'Islam
Context social (PESTEL): Contexte socioculturel
Mots-clés: Islam, études islamiques, naissance de l'Islam
Libellé: Histoire de la naissance de l'Islam
Mots-clés: Histoire de l'Islam, Islam
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite ; Yémen
Le courant de l'Islam est plus large que le Yémen et l'Arabie Saoudite mais ce sont les deux terrains de l'auteur.
Type de discours consacré au sujet: Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
L'auteur propose un exposé scientifique et historique sur ses recherches et ce nouveau point de vue de la naissance de l'Islam.
Christian Julien ROBIN a pour démarche d'intégrer la dimension historique dans l'étude de la naissance de l'Islam.
L'auteur revient sur le contexte social et religieux de l'Arabie à l'époque de la naissance de l'Islam, c'est à dire dominé par la religion chértienne ou juive.
L'auteur s'intéresse particulièrement à la naissance de l'Islam dans son contexte religieux et social.
Titre: Accueil de sa démarche
Durée: 00:05:17   [00:41:59 > 00:47:16]
Langue(s): Français
Christian Julien ROBIN explique pourquoi sa démarche et ses résultats sont problématiques et pas très bien reçus dans le milieu scientifique mondial et le milieu scientifique musulman.
Christian Julien ROBIN explique que l'accueil de sa démarche soulève des problèmes dans deux milieux. D’abord dans le milieu scientifique mondial : faire rentrer des idées nouvelles prend beaucoup de temps donc les spécialistes de l’Islam ignorent les recherches faites depuis 50 ans en Arabie qui bouleversent ce qui a été établi. Donc on répète les mêmes schémas qui n’ont plus aucun fondement. Il prend l’exemple de Mohammed qui ne découvre pas le christianisme en voyageant mais parce que le christianisme est une religion profondément insérée en Arabie et aussi, le Yémen devient juif en 380. Donc les textes fondamentaux du christianisme et du judaïsme se trouvent dans des écrits de 250 avant Mohammed. Donc la terminologie de l’Islam est familière à ses auditeurs, il ne les a pas récoltés. La vision de Christian Julien ROBIN est radicalement différente de ses prédécesseurs. Dans le milieu musulman : l’histoire du texte coranique n’est pas sans poser problème. Pour un musulman il y a une conception idéologique autour du coran, ce qui n’est pas ce que l’historien retient. Pour un musulman il n’y a cependant pas de problème de penser que le coran ait une histoire et d’admettre qu’il puisse y avoir des recherches sur les variantes des manuscrits. Mais sur un aspect dogmatique il y a des difficultés qui font que le spécialiste du coran en Europe orientale est très différent de son homologue du monde musulman. Mais les choses évoluent. Par exemple, l’Arabie Saoudite a créé un centre sur le coran pour mettre les manuscrits à disposition de tous et ils veulent que ce soit aussi accessible aux non musulmans. C’est pourquoi il n’est pas construit sur villes saintes. Il existe une volonté de pouvoir dialoguer. Les non musulmans étudiant cette religion ne sont pas nécessairement des adversaires de l’Islam malgré qu’il existe des chercheurs qui ont des finalités politiques ou religieuses et non historiques.
Sujet: Sujet
Topique: Réception et critique
Mots-clés: Démarche scientifique, Accueil d'une démarche scientifique
Discipline, domaine: Archéologie
Discipline, domaine: Histoire ancienne
Discipline, domaine: Histoire des religions
Mots-clés: Histoire de l'Islam, Archéologie, Haute Antiquité
Christian Julien ROBIN témoigne de la réception de sa démarche dans le milieu scientifique international ainsi que dans le monde musulman. Il fait notamment face à des critiques quant à son approche historienne de l'Islam, quelque chose de très original, d'une part. Aussi, il doit faire face à la critique de la remise en question de la conception idéologique autour du Coran.
L'auteur fait ici référence à l'Histoire de l'Islam à l'époque de la Haute Antiquité.
Titre: Postes de direction
Durée: 00:09:52   [00:47:16 > 00:55:38]
Langue(s): Français
Dans cette dernière partie de l'entretien Christian Julien ROBIN discute de son poste, son laboratoire de recherche ainsi que la forme que prennent ses recherches via le programme de l'Agence Nationale de la Recherche.
Le CNRS considère que les petites équipes n’ont plus leur place dans le dispositif et les incite à constituer des ensembles de grande taille. Mais ils sont confrontés à des difficultés car ces ensembles appartiennent à plusieurs établissements car ils réunissent différents spécialistes. L’UMR Orient et Méditerranée est rattaché à Paris 1, Paris 4 (principalement), l’EPHE et le CNRS. Mais en même temps ils doivent avoir une seule tutelle, une vraie contradiction. Cet UMR est composé de 5 composantes : une équipe travaillant sur Byzance, une sur la médecine grecque, une sur le monde méditerranéen classique et tardif, une sur l’Islam médiéval et enfin son laboratoire sur les études sémitiques anciennes (ESA). Il a des intérêts communs avec le laboratoire qui travaille sur Byzance, un sur ceux qui travaillent sur les débuts de l’Islam. Selon lui les programmes ANR sont le meilleur élément de la structuration de la recherche. Il en existe 6 dans l’UMR. L’ESA était porteur d’un programme qui a/avait pour objectif d’établir une comparaison entre monde syrien et péninsule arabique et de s’interroger sur les raisons pour lesquelles au bout du compte la langue arabe et l’Islam se sont imposés alors qu’en observant les forces de la fin de l’antiquité, c’était la Syrie qui aurait eu cette capacité à imposer sa culture et sa langue. Le 6ème laboratoire est celui d’égyptologie de Paris 4. L’UMR couvre un grand spectre chronologique et géographique. Pour les ANR, son laboratoire présente plutôt des projets de longue date et pour lesquels ils n’ont pas obtenu de financement. L’ANR permet d’avoir des moyens qu’ils n’avaient pas à l’époque. Les projets ANR sont plus souvent des projets intellectuels intenses durant 3 ans par des petites équipes. Donc ce n’est qu’une petite partie du travail du laboratoire. Les groupes de recherche se constituent de manière quasi indépendante des UMR. La recherche se fait surtout au sein de ces ANR et laisse de côté certains collègues. La structuration se fait par UMR et par programmes extérieurs donc ils ne coïncident pas totalement. Certains directeurs de laboratoires peuvent perdre le peu de contrôle qu’ils avaient à cause des programmes ANR car les chercheurs deviennent plus indépendants avec ces programmes.
Sujet: Sujet
Topique: Centre National de la Recherche Scientifique
Acronyme: CNRS
Mots-clés: CNRS, UMR, Orient, Méditerranée
Libellé: Fonctionnement des groupes de recherche du CNRS et programmes ANR
Mots-clés: CNRS, ANR
Localisation spatiale du sujet: France
Type de discours consacré au sujet: Critique ; Désapprobation ; Exemplification ; Explication
Christian Julien ROBIN explique le fonctionnement du CNRS, de son UMR et des programmes ANR et critique la contradiction du système de la recherche.
UMR 8167 - Orient et Méditerranée - Mondes sémitiques CNRS/Délégation Paris A 27, rue Paul Bert - 94204 IVRY SUR SEINE cedex
L'UMR Orient et Méditerrannée dépend du CNRS.
L'auteur parle ici du fonctionnement des unités de recherche (UMR), des laboratoires ainsi que des programmes ANR.

9 chapitres.
  • Aux Etats-Unis il y a un intérêt pour tout ce qui se rapporte à la Bible, notamment à l’université de Chicago mais sur l’Arabie il y a peu de tradition d’études sur d’autres sujets. Il n’y a jamais eu de spécialiste à proprement parler. Cependant, il y a eu des tentatives de fouilles dans les années 50 au Yémen du Nord (sous influence américaine) et au Yémen du Sud (alors sous domination britannique) mais elles n’ont pas donné les résultats escomptés. La fouille au Sud n’a pas été publiée de manière satisfaisante (le directeur s’est enfui avec les résultats). Au Nord, la fouille a été un fiasco : les archéologues ont été obligés de quitter leur campement en abandonnant tout car ils s’étaient mal débrouillés avec les autorités locales. L’échec de l’American Foundation for the Study of the Man (la fouille américaine) est peut être la cause de la difficulté à créer des enseignements et des spécialistes en archéologie sur ce terrain.
  • Ce qui existait avant était une rencontre annuelle en Grande Bretagne mais qui avait un spectre de disciplines et de périodes historiques très larges, traitant de l’ensemble de la péninsule mais cela ne permettait pas de discussion sur le matériel qu’il pensait utile. L’archéologie dans la péninsule arabique remonte au XIXème siècle, quand les ottomans dominaient l’Arabie occidentale et une partie de l’Arabie orientale. Mais ces fouilles ont été arrêtées en 1914 quand des états de la péninsule ont été jaloux de l’indépendance du Yémen, comme l’état zaydite au Yémen. La plupart des régions se sont fermées à la recherche archéologique. Dans la région contrôlée par la Grande Bretagne (golfe persique, Oman, Yémen du Sud) les anglais n’étaient pas favorables à la présence de recherches archéologiques car ça pourrait déstabiliser les régimes traditionalistes qu’ils contrôlaient sous tension.
  • Christian Julien ROBIN raconte que ce fut un long apprentissage. Au départ son intérêt était porté sur les monuments, mais avant tout sur les textes car ils apportent des données immédiates. Les données archéologiques sont plus longues à construire. Dans ces régions il y a des milliers d’inscriptions gravées ou confectionnées. Cela donne des éléments de puzzle pas facile à rassembler mais pour certaines zones et périodes on peut avoir une vision d’ensemble très concrète. Les siècles de l’antiquité tardive sont les plus riches car il y a des productions étrangères (grecques), la tradition arabe, les traditions des villages, etc. La pluralité de sources permet de recouper beaucoup de données.
  • Christian Julien ROBIN explique ici la raison pour laquelle il a changé de terrain pour l'Arabie Saoudite, pays qui était presque impossible d'étudier avant les années 2000. Puis il parle de son sujet d'étude qui est la naissance et les premiers siècles de l'Islam. Il essaye de comprendre d'un point de vue historique qu'est ce qui a fait que cette zone géographique s'est tournée vers l'Islam en étudiant le contexte social et religieux de cette zone. Il explique aussi comment il s'organise pour faire des relevés archéologiques.
  • Christian Julien ROBIN explique ici quels ont été les résultats des recherches qu'il a fait dans la péninsule arabique sur le sujet de la naissance et les premiers siècles de l'Islam. Il démontre que l'orientation historienne de ses recherches l'a mené à a découverte de la véritable histoire sur la naissance de l'Islam. Cela apporte une autre lumière sur le sujet que celle des sources arabo-musulmanes.
  • Dans cette dernière partie de l'entretien Christian Julien ROBIN discute de son poste, son laboratoire de recherche ainsi que la forme que prennent ses recherches via le programme de l'Agence Nationale de la Recherche.
Titre: Fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie saoudite
Sous-titre: Entretien avec Christian Julien ROBIN
Auteur(s): ROBIN Christian Julien
Durée: 00:55:38
Date de réalisation: 11/12/2009
Lieu de réalisation: Fondation Simone et Cino Del Duca, 10 rue Alfred de Vigny, 75008 Paris, France
Langue(s): Français
Au cours de cet entretien, Christian Julien ROBIN discutera autour des « Journées sabéennes » qu’il a mis en place officiellement depuis 1993 et qui ont lieu régulièrement chaque année depuis 2000. Il reviendra ensuite sur son parcours académique et nous apprendrons pourquoi et comment il a appris les langues sémitiques, l’arabe, et s’est spécialisé en philologie, en archéologie en dans les pays de la péninsule arabique, notamment le Yémen puis l’Arabie Saoudite. Il discutera aussi de son travail de recherche sur les inscriptions dans les vestiges de l’époque de la haute antiquité et de la naissance de l’Islam. La période de la naissance de l’Islam et ses premiers siècles seront aussi discutés puisque c’est une période qu’il étudiait encore à la date de l’entretien. En effet, il cherche à comprendre qu’est ce qui a fait que l’Islam a dominé cette région du monde alors que la religion n’y était pas prédisposée.
Christian Julien ROBIN est directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR Orient et Méditerranée, directeur du Laboratoire d’Etudes Sémitiques Anciennes (LESA), aujourd’hui l’équipe Mondes sémitiques, et membre depuis 2005 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est spécialiste en philologie et langues sémitiques et de l’histoire de l’Arabie depuis la haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam. Au cours de cet entretien, Christian Julien ROBIN discutera autour des « Journées sabéennes » qu’il a mis en place officiellement depuis 1993 et qui ont lieu régulièrement chaque année depuis 2000. Il reviendra sur les évènements qui avaient lieu avant la création de ces journées, comment se déroulent-elles et expliquera quelles ont été ses motivations. Christian Julien ROBIN reviendra aussi sur son parcours académique, ses premières expériences au Liban et en Jordanie et la rencontre qui le poussèrent à étudier l’arabe, les langues sémitiques et à partir pour le Yémen. Il expliquera donc quelles ont été ses motivations et les difficultés qu’il a rencontrées au cours de ses études et ses premiers terrains. Après une explication et une justification de sa méthodologie de recherche, l’auteur s’arrêtera plus précisément sur ses recherches sur l’Arabie Saoudite. Nous apprendrons pourquoi l’auteur s’est tourné vers l’Arabie Saoudite après avoir longuement étudié le Yémen et il expliquera quels ont été et quels sont ses chantiers dans le pays en donnant des exemples concrets. Nous aurons aussi connaissance des résultats des recherches de Christian Julien ROBIN sur le sujet de la naissance de l’Islam. En effet, les découvertes révélées par le chercheur et son équipe permettent un nouvel éclairage sur la naissance de cette religion dont la vision est, dit-il, faussée par des manipulations de la vision de l’Islam par les sources arabes. Par la suite, il révèlera que cette démarche de faire rentrer l’histoire dans la reconstruction des origines de l’Islam est plutôt mal reçue dans le milieu scientifique mondial ainsi que dans le milieu scientifique musulman. Cette démarche est assez pionnière dans le milieu et surtout sur ce sujet et il nous expliquera les raisons pour lesquelles une telle démarche peut poser des difficultés et secouer le monde scientifique. Enfin le chercheur reviendra sur son poste de directeur de recherche, son laboratoire et son unité de recherche ainsi que leur fonctionnement. Il nous donnera un témoignage pertinent et un point de vue personnel sur la situation de la recherche à travers la situation des unités dont il fait partie.
Sujet: Sujet
Topique: Archéologie
Domaine: Archéologie religieuse
Mots-clés: Arabie, Haute antiquité, Islam
Mots-clés: Haute antiquité en Arabie, Naissance et débuts de l'Islam
Libellé: Haute antiquité et premiers siècles de l'Islam
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite ; Yémen
Christian Julien ROBIN s'intéresse à l'Arabie, plus particulièrement le Yémen et l'Arabie Saoudite.
Christian Julien ROBIN s'intéresse à l'Arabie, plus particulièrement le Yémen et l'Arabie Saoudite.
Localisation temporelle du sujet: Haute antiquité ; -3250
Christian Julien ROBIN s'intérèsse à l'Arabie depuis la plus haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam.
Type de discours consacré au sujet: Exposé historique ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Dans cet entretien, l'auteur présente l'archéologie d'un point de vue scientifique, spécialisé dans l'histoire de l'Arabie et la naissance de l'Islam.
Christian Julien ROBIN utilise l'archéologie pour étudier l'histoire de l'Arabie depuis la haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam.
Christian Julien ROBIN a pour thème de recherche l'histoire de l’Arabie depuis la plus haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam, il s'intéresse donc beaucoup à la naissance de l'Islam.
Sujet: Sujet
Topique: Histoire de la Péninsule arabe
Mots-clés: Arabie, Péninsule Arabe, Histoire de l'Arabie
Libellé: Histoire de l'Arabie et des premiers siècles de l'Islam
Mots-clés: Haute antiquité, Arabie, Islam
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite ; Yémen
Christian Julien ROBIN étudie principalement l'Arabie Saoudite et le Yémen.
Christian Julien ROBIN es spécialiste du Yémen et de l'Arabie Saoudite.
Localisation temporelle du sujet: haute antiquité
Histoire de l’Arabie depuis la plus haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam
Type de discours consacré au sujet: Exposé historique ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
L'exposé de Christian Julien ROBIN nous expose ses sujets d'étude, sa méthodologie et les résultats de ses recherches sur l'Arabie.
Christian Julien ROBIN étudie l'histoire de la naissance de l'Islam et son développement dans la région de la péninsule arabe soit l'actuel Arabie Saoudite.
Christian Julien ROBIN est spécialiste de l'histoire de l’Arabie depuis la plus haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam.
Sujet: Sujet
Topique: Islam
Mots-clés: Islam, Naissance de l'Islam, Premiers siècles de l'Islam
Libellé: Premiers siècles de l'Islam
Mots-clés: Islam, Premiers siècles de l'Islam, Histoire de l'Islam
Localisation spatiale du sujet: Arabie saoudite ; Yémen
L'aueur s'intéresse à la naissance de l'Islam qui a eu lieu dans la péninsule arabique.
L'Arabie Saoudite et le Yémen sont les terrains d'étude de l'auteur pour ses recherches.
Christian Julien ROBIN s'intéresse à la naissance et aux premiers siècles de l'Islam en Arabie.
Christian Julien ROBIN s'intéresse à la naissance et aux premiers siècles de l'Islam en Arabie.
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, AAR - Archives Audiovisuelles de la Recherche, France
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Nom: ROBIN
Prénom: Christian Julien
Rôle: Directeurs de recherche
Appartenance: CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique, Unité Mixte de Recherche "Orient et Méditerranée" (UMR 8167)
Fonction: Directeur de recherche émérite
Adresse: UMR 8167 - Orient et Méditerranée - Mondes sémitiques CNRS/Délégation Paris A 27, rue Paul Bert - 94204 IVRY SUR SEINE cedex, Ivry sur Seine, France
Christian Julien ROBIN est un orientaliste, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Directeur du laboratoire des études sémitiques anciennes, de l'Unité Mixte de Recherche Orient & Méditerranée (UMR8167), CNRS, Ivry, France. Son thème de recherche est l'histoire de l’Arabie depuis la plus haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam.
Type: Exposé(s) historique(s)
L'auteur présente des résultats de recherche historiques puisqu'il est spécialisé dans l'histoire de l’Arabie depuis la plus haute antiquité jusqu’aux premiers siècles de l’Islam.
Type: Exposé(s) scientifique(s)
L'exposé de Christian Julien ROBIN est un exposé scientifique car il parle ici de ses recherches, sa méthodologie et ses résultats de recherches.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour spécialistes
Pour spécialiste du domaine historique et archéologique sur les sujets de l'Islam et de la péninsule arabique.
Type: Education religieuse
Public cible: Pour spécialistes
Discours sur la naissance de l'Islam d'un point de vue historique et non religieux.
ROBIN Christian Julien. “Fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie saoudite”, Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2176, 2009, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2176
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, France, 2009
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© DE PABLO, Elisabeth, responsable éditorial, Paris, France, 2009 © CHAVE, Juliette, réalisatrice indépendante, Paris, France, 2009 ©WINKLER, Lisette, réalisatrice, Paris, France, 2009
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© ROBIN, Christian Julien, directeur de recherche émérite, Centre National de la Recherche Scientifique, Ivry sur Seine, France, 2009
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
© ROBIN, Christian Julien, directeur de recherche, CNRS, Paris, France, 2009
Titre: Analyse de base de la vidéo "Fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie saoudite"
Sous-titre: Analyse de l'entretien avec Christian Julien ROBIN
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: MAREGLIA, Laura. «Analyse de base de la vidéo "Fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie saoudite"» (Portail AGORA, 2014), URL Vidéo : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2176 (AAR, 2009).
Id analyse: 16f55c5f-be24-4885-b42c-92c9f3e6d77a
Id vidéo: 65210c58-ea98-4700-a036-7497838c1b8b
Analyse de base de la vidéo "Fouilles archéologiques au Yémen et en Arabie saoudite", un entretien avec Christian ROBIN