Documentaires

  • ES

    Claudio MERCADO y Gerardo SILVA

    Documentaires audiovisuels. Entremezclando varios bailes de la procesión de la Virgen de Petorquita a diferentes horas del día con testimonios de chinos, el documental propone una visión completa de una tradición antigua de la zona central de Chile. Este documental tiene la misma firma que el documental “Quilama, entre el cielo y el mar”. La tradición de los bailes chinos del valle del Aconcagua tiene sus orígenes en la población indígena que habitaba la zona antes de la llegada de los españoles. Los actuales campesinos y pescadores celebran su calendario ritual realizando fiestas de chinos, a las que acuden bailes de distintos pueblos. "Chino" es una palabra quechua que significa servidor. Los bailes no son danzas, sino una tradición de cante de solistas (los gallos), rematados por tambores tradicionales, flautas y coros. El gallo acompaña su cante por una bandera y los músicos bailan mientras van tocando en la procesión.

  • Claudio MERCADO y Gerardo SILVA

    Documentaires audiovisuels. En la Caleta de Ventanas, municipio de Puchuncaví, zona central de Chile, vive Luis Galdames “Quilama”, pescador tradicional y alférez de los bailes chinos (bailes que tienen sus orígenes en las poblaciones indígenas que habitaban la zona antes de la llegada de los españoles). Quilama nos habla de la vida antigua en Ventanas, antes de la llegada de las industrias extractoras de cobre y de oro, cuando los pescadores eran también campesinos. Comparte un relato muy conmovedor sobre el mar, los mitos que la acompañan y el respeto que le tienen. El documental enseña los bailes chinos de varias fiestas, en las cuales Quilama canta, haciendo el puente entre sus dones, y en particular, el de sanación que le convierte en un mediador entre los hombres y lo divino.

  • Frida ROCHOCZ

    Témoignage personnel filmé. Frida ROCHOCZ livre un témoignage très intime sur sa vie. Appartenant à une famille de militants très engagés, elle subit la dictature au quotidien, jusqu’à son exil en 1977. Elle est elle-même arrêtée, puis torturée par méprise. Sa mère l’envoie alors en Hollande, d’où elle rejoint par la suite l’Allemagne, pays de son père, et où elle arrive finalement à changer de nationalité. Alors «européenne», elle finit par s’installer à Paris où elle commence une nouvelle vie. En 1987, elle retourne pour la première fois en Argentine et connaît le besoin de prendre du recul afin de mieux comprendre sa vie. Des années plus tard, elle revient sur les moments douloureux de son histoire, car elle sent alors le besoin de témoigner. Elle conclut cet entretien en parlant de ses enfants et de la question de la transmission d’un tel vécu, de Paris et des réfugiés argentins, de la qualité des institutions françaises et de la démocratie.

  • Francis GELY

    Témoignage personnel filmé. Au début des années 1980, Francis GELY entreprend à Paris III une thèse sur l’INCUPO (Instituto de Cultura Popular). En 1992, il rencontre Adolfo Pérez Esquivel, artiste argentin engagé et Prix Nobel de la Paix dont il deviendra le traducteur et l’ami. Adolfo Pérez Esquivel est l’un des créateur du SERPAJ (Servicio Paz y Justicia), un mouvement qui a développé une grande campagne internationale pour dénoncer les atrocités de la dictature militaire argentine et lutte plus généralement pour la défense des Droits de l’homme. Dans cet entretien, Francis GELY témoigne également de ses activités avec l’association «Vie Nouvelle» en faveur des réfugiés chiliens, du manque d’information durant la dictature argentine ainsi que de la médiatisation ultérieure. Il évoque le documentaire de Marie-Monique Robin «Escadrons de la mort, l’école française».

  • Michel GROLLEAUD

    Témoignage personnel filmé. Jeune prêtre ouvrier, Michel GROLLEAUD fait son service militaire à Madagascar et s’engage très vite dans les mouvements internationaux d’Action non-violente après une reprise d’étude à l’EHESS. Il rappelle dans cet entretien les deux principaux évènements qui ont compté dans l’émergence des dictatures : la victoire du castrisme en 1959 et le coup d’état au Brésil en 1964. Il raconte également la naissance de l’agence DIAL (Diffusion de l’Information sur l’Amérique latine), l’importance de la personnalité de son président Charles Antoine, le réseau de correspondants qui se constitue dans tous les pays d’Amérique latine et le rôle qu’a joué l’agence DIAL dans la dénonciation des répressions politiques et les violations des Droits de l’homme. Dans un deuxième temps, Michel GROLLEAUD raconte sa rencontre avec Adolfo Pérez Esquivel et témoigne sur l’arrestation et la détention de celui-ci. Il fait part des conditions dans lesquelles le prix Nobel a été remis à Esquivel, ce qui l’a conduit à être reçu par le Pape, lui permettant ainsi de communiquer plus amplement sur la situation en Argentine. Enfin, Michel GROLLEAUD évoque la pauvreté en Amérique latine et dénonce la responsabilité des Etats-Unis. Il rappelle les grandes forces géopolitiques mondiales depuis 1954 en lien avec l’Amérique latine et la solidarité internationale qui s’est organisée pour venir en aide aux populations.

  • Henryane de CHAPONAY

    Témoignage personnel filmé. Henryane de CHAPONAY s’est impliquée toute sa vie - professionnellement mais aussi personnellement - dans le développement et la lutte sociale à travers les réseaux associatifs catholiques. Le CCFD (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) dont elle faisait activement partie, mais aussi de nombreuses associations et institutions partenaires, ont mené de multiples actions en faveur des victimes de régimes politiques autoritaires, notamment au Maroc, au Brésil, au Chili et en Argentine. Son profond engagement lui permet une vision critique, géopolitique et économique, sur les conséquences sociales d’une partie de l’histoire de ces pays.

  • Marguerite BILSTEIN et Antoinette LANGLOIS

    Témoignage personnel filmé. Antoinette LANGLOIS et Marguerite BILSTEIN appartenaient au groupe la Fraternité de Foucauld - un groupe de réflexion qui s’inspire de l’Evangile - dont une partie des membres a créé l’association GAS (Groupe Accueil et Solidarité) en 1979. Leurs actions se sont étendues à toute l’Amérique latine, au sud-est asiatique et à l’Afrique. L’engagement de toute une vie pour la défense du droit d’asile leur permet dans cet entretien de témoigner sur l’histoire du développement des associations de solidarité et sur l’ «ouverture au monde» qu’elles ont connue grâce au militantisme.

  • Extrait de : Retour dans le "B3" de la Société CASE avec Jean-Pierre Dubour, ancien décolleteur puis cariste (Visite 2 / Partie 1).

    Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour et Jacques Blondeau (ancien secrétaire général de la CGT) se retrouvent tous les deux dans l'ancien B3. C'est l'occasion pour eux de partager quelques souvenirs communs autour notamment de leur engagement en tant que syndicaliste.