LEMAITRE Francis

3 médias.
  • DUPOUX Emmanuel, MONCHICOURT Marie-Odile, THURAM Lilian, VIDAL Claudine, WIEVIORKA Michel
    LEMAITRE Francis: Assistants de réalisation d'oeuvres audiovisuelles, Responsable informatique, FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France. Table ronde filmée. En partenariat avec l’association Bar des sciences Paris, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme tient un cycle de « Cafés des sciences » sur des sujets scientifiques à fort impact sociétal. Animé par Marie-Odile Monchicourt (journaliste à France Info), le premier Café des sciences de l'année 2010 s'intitule : "La peur de l'autre : aux sources de la violence et du racisme". A travers les approches anthropologiques, sociologiques et celles issues des sciences du cerveau, ce débat soulèvera les questions suivantes : qu'est-ce qui amène les individus à diviser le monde social en groupes, privilégiant leur propre groupe aux autres, facilitant ainsi l’émergence de conflits ? La peur de l’autre est-elle une pulsion naturelle, que la culture doit contenir, ou est-ce au contraire une construction culturelle ? Michel Wieviorka (sociologue, CADIS & administrateur de la FMSH), Claudine Vidal (spécialiste du Rwanda, Laboratoire de sociologie et géographique africaines, EHESS), Emmanuel Dupoux (psychologue cognitiviste, Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistiques, EHESS) et Lilian Thuram (Fondation Lilian Thuram Éducation contre le racisme) vont débattre de ces questions avec le public.
  • FRIEDMAN, Jonathan
    LEMAITRE Francis: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, Réalisation et mise en ligne, FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France. Cours d'enseignement supérieur filmé. Dans ce segment, Jonathan Friedman définit la pauvreté comme faisant partie d'un ordre social mondial, et non comme étant le fait de la volonté d'une classe dirigeante - comme le squggère Akhil GUPTA, dans sa conférence.
  • GUPTA, Akhil
    LEMAITRE Francis: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, Réalisation et mise en ligne, FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France. Cours d'enseignement supérieur filmé. Quelles sont les conditions juridiques et sociales qui font que les conditions de la pauvreté semblent normales ? Si l’Inde est épargnée par les famines massives ou les grandes vagues de mortalité dues aux catastrophes naturelles, c’est grâce à la démocratie qui y prévaut : multipartisme, et presse libre. Pourtant des formes de violences invisibles causent la mort de millions de pauvres : selon Akhil GUPTA, ces formes de violence sont l’inaction et la non-intervention des états face aux phénomènes d’extrême pauvreté dans le monde. L’extrême pauvreté n’est pas un état de fait inévitable, elle est due à un manque de prévention, pire, à de véritables politiques d’extermination lente envers ceux qu’on laisse tout simplement mourir. Selon Akhil GUPTA, l’extrême pauvreté est due à une forme de « thanato-politique. »